Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Est-il possible de soigner le ronflement ?

Le ronflement, ou ronchopathie de son nom scientifique, est provoqué par le passage de l’air qui fait vibrer certains muscles et tissus de la gorge durant notre sommeil. Lorsque l’on dort en effet, notre corps se relâche et la langue, le voile du palais ou encore les muscles du pharynx ne font pas exception. Ce faisant, ils rétrécissent les voies aériennes supérieures et, puisqu’ils sont lâches, se mettent à vibrer lors du passage de l’air lorsqu’on inspire. En résulte le vrombissement caractéristique du ronfleur.

Heureusement, il est possible d’atténuer le ronflement, voire, dans certains cas, de le soigner totalement. Le principe est simple : libérer le passage de l’air afin de lui permettre de circuler librement. Pour cela, plusieurs moyens sont envisageables :

> Ne pas dormir sur le dos : dormir sur le dos favorise le ronflement.

> Perdre du poids (si on est en surpoids) : le surpoids provoque le resserrement des voies respiratoires. Perdre du poids permet donc de les dégager.

> Faire des exercices : les exercices anti-ronflements sont des entraînements de la langue, du larynx, et des joues qui permettent de les tonifier et d’éviter ainsi qu’ils ne se relâchent pendant le sommeil.

> Porter une prothèse dentaire anti-ronflement : cette prothèse, amovible, force la mâchoire inférieure à avancer de quelques millimètres, ce qui ouvre un peu plus les voies respiratoires.

> Utiliser un appareil VPPC (Ventilation par pression positive continue) : c’est une petite pompe adjointe à un masque nasal à porter au lit. Il va augmenter la pression de l’air dans les voies respiratoires, empêchant ainsi les muscles de s’affaisser et donc de vibrer avec la respiration.

> Consulter un ORL (oto-rhino-laryngologiste) : lui seul peut proposer une médication adaptée à chaque cas. Dans les cas les plus extrêmes, l’installation d’implants ou une intervention chirurgicale peut être envisagée.

Publié le 18 janvier 2021

A lire ailleurs

Cherchez une réponse :


Vous n'avez pas trouvé de réponse ?

Posez votre question