Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

A quoi sert un serveur virtuel ?

À l'heure où la virtualisation des services est de plus en plus courante, avec des systèmes de Cloud ou d'hébergement en ligne devenus indispensables pour les entreprises, une solution sort du lot : le VPS, pour "Virtual Private Server". Ce serveur privé, à moindre coût, permet d'avoir à disposition plusieurs emplacements techniques, pour faire tourner plusieurs machines virtuelles en utilisant les ressources du serveur physique qui l'héberge. Voici le fonctionnement d'un serveur virtuel, ses avantages et ses inconvénients.




Si vous cherchez une solution pour héberger un site, une base de données ou un programme personnel, sans vous ruiner, un serveur virtuel privé pourrait être la meilleure des solutions. Les VPS se démocratisent à mesure que la virtualisation gagne du terrain et les avantages de cette méthode d'hébergement d'un nouveau genre sont nombreux.

Qu'est-ce qu'un serveur virtuel ?

Un serveur virtuel, qu'on appelle également VPS pour Virtual Private Server, voire parfois VDS pour Virtual Dedicated Server, est une machine virtuelle qui se comporte comme un serveur dédié classique. Elle permet à ses utilisateurs d'avoir un espace alloué à leurs besoins de stockage, sans avoir à se ruiner avec un serveur propre et des machines dédiées et onéreuses pour le faire tourner. Il permet de partitionner un environnement technique, et d'en contrôler l‘accès et la gestion.

On peut considérer le VPS comme le bon compromis entre l'hébergement partagé (option la moins chère, mais pas la plus pratique ni la plus efficace, car les ressources seront divisées entre tous les utilisateurs du serveur), et le serveur dédié qui demande des compétences techniques élevées pour le paramétrage, en plus de coûter assez cher.

Pour fonctionner, un VPS repose sur un logiciel qui génère une virtualisation d'un serveur et qui se nomme hyperviseur. Ce programme est installé sur un serveur bare metal (la partie matérielle de l'hébergement), dont l'objectif est de segmenter et d'isoler les différentes ressources physiques, pour les transformer en ressources virtuelles. De quoi mettre en place une infrastructure sécurisée, solide et performante en déployant plusieurs serveurs virtuels au sein de la même structure virtuelle.

Paramétrable selon les besoins de chacun (avec le support d'un système d'exploitation par VPS), en fonction de la puissance de calcul nécessaire ou du volume de données à stocker, avec une interface assez intuitive, le serveur virtuel fait partie du modèle Cloud, tourné vers l'avenir.



Avantages et inconvénients d'un VPS

Le fait de virtualiser un serveur, alors que les programmes professionnels et les sites sont toujours plus gourmands en ressources, semble être une très bonne solution. Voyons les avantages qu'il y a à opter pour un serveur virtuel privé, mais aussi les inconvénients de cette solution d'avenir.

Parmi les points forts de cette méthode, il y a principalement la facilité de gestion et de configuration de votre environnement virtuel. Vous souhaitez modifier la structure de votre site ? Proposer un nouveau produit ? Mettre en place un nouveau système d'exploitation ? Vous pourrez modifier l'infrastructure de votre organisation, à votre guise.

Autre élément positif d'un VPS, le gain d'espace et d'argent qu'il confère. Bien moins onéreux qu'un serveur dédié uniquement à une personne ou une entreprise, ce système de virtualisation permet également de réduire le nombre de machines physiques nécessaires au fonctionnement de votre activité.

Enfin, le serveur virtuel offre une flexibilité aux développeurs, aux administrateurs et aux testeurs, qui pourront aisément effectuer des modifications sérieuses sur l'OS ou au sein d'un code, sans toucher à la version publique du site ou du programme. Ils pourront cloner les machines, dupliquer les contenus et faire les essais nécessaires sans risque.

Du côté des points négatifs d'un VPS, il y a l'accès total à la racine, qui complique un peu l'administration. Sans être aussi complexe que la gestion d'un serveur dédié, il faut toutefois des connaissances poussées pour configurer votre serveur virtuel et le modeler selon vos besoins. En termes de performances, il est à noter que le serveur dédié reste plus puissant qu'un VPS, ce qui en fait une solution plus adaptée aux petites et moyennes entreprises qu'aux groupes de taille conséquente.

Recommandations pour choisir son serveur virtuel privé

Pour choisir un serveur virtuel qui convienne à votre organisation, il faut tenir compte de critères précis, qui changeront la donne. Voici les principaux :

le type de gestion : on trouve des VPS en gestion libre, qui demandent une certaine expertise pour être configurés, mais aussi des serveurs dédiés virtuels gérés, pour les utilisateurs les moins à l'aise ;
le système d'exploitation utilisé et accepté, qui doit correspondre à ce que vous utilisez ou à ce que les administrateurs connaissent ;
la sécurité offerte : vérifiez que l'offre choisie propose l'isolation des divers serveurs, ainsi qu'un bon système de pare-feux pour protéger votre système. De même, soyez attentifs à la localisation de l'hébergeur, surtout si vous détenez et stockez des donnes privées sensibles, car les règles de confidentialité ne sont pas les mêmes partout.

Enfin, pensez au futur : la flexibilité est importante, surtout si vous pensez étendre vos structures et augmenter vos besoins en ressources. Avec un VPS extensible, vous serez paré.

Publié le 03 décembre 2020

A lire ailleurs

Cherchez une réponse :


Vous n'avez pas trouvé de réponse ?

Posez votre question