Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Ces toilettes qui vous rémunèrent quand vous les utilisez

À l'institut National de Science et Technologie d'Ulsan, en Corée du Sud, un ingénieur a mis au point des toilettes qui transforment les excréments en énergie. Et les utilisateurs sont rémunérés !

Les étudiants et le personnel de l'Université de Science et Technologie d'Ulsan sont payés lorsqu'ils utilisent les toilettes de l'établissement. Un concept qui semble étrange, mais qui prend tout son sens quand on sait que ces toilettes innovantes permettent de produire du méthane et du fumier.

Ces toilettes écologiques appelées BeeVi toilet – un mot-valise regroupant les termes Bee (abeille) et Vision – utilisent une pompe qui permet d'envoyer la matière fécale dans un tube souterrain, en minimisant l'utilisation d'eau. Ensuite, ces substances sont transformées en méthane par un système de digestion anaérobie à micro-organismes et peuvent donc être utilisées comme combustible. Ce qui ne peut pas être utilisé ici sert de fumier, pour de la culture 100 % naturelle dans un jardin environnant.

"L'énergie produite alimente les cuisines et la salle de bain", explique Cho Jae-weon, l'ingénieur responsable de cette création, et chaque toilette peut convertir l'équivalent de 500 grammes d'excréments humains (la quantité moyenne de matières fécales produite par un adulte au quotidien) en environ 50 litres de méthane gazeux. De quoi alimenter une voiture électrique pendant 1,2 km !

Afin d'inciter les étudiants, professeurs et autres membres du staff de l'université à utiliser ce système, l'ingénieur a créé une monnaie virtuelle (le Ggool, "ggul" signifiant "miel" en coréen) qui peut être dépensée sur le campus. Chaque utilisateur se voit récompensé de 10 Ggool par jour et peut se constituer une cagnotte qui lui servira à acheter des livres, un café ou de quoi grignoter avant une séance de Gongbang.

Les principaux concernés semblent s'amuser de cette nouvelle invention, comme Heo Hui-jin qui affirme qu'avant, il ne voyait les matières fécales que comme "quelque chose de sale". Il poursuit : "Mais désormais, j'en parle même pendant les repas et je réfléchis à quel livre acheter avec les Ggool". Bien sûr, cette cryptomonnaie est loin d'être l'égal du Bitcoin et elle n'est utilisable que dans l'université. Mais qui sait, peut-être qu'un jour, ces toilettes seront disponibles ailleurs qu'en Corée du Sud ?

En attendant, si vous êtes friands de W.C. insolites, sachez qu'à Tokyo on trouve des toilettes transparentes !

Publié le 15 septembre 2021

A lire ailleurs