Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Le Gongbang, la solution des étudiants pour vaincre la solitude

Les étudiants ont vu leur quotidien bouleversé avec la pandémie qui les a contraints à étudier seuls, sans pouvoir profiter de l'émulation provoquée par la présence de camarades. Face à cette solitude nouvelle, une solution a émergé en Corée du Sud, avant de se répandre dans le monde entier : le Gongbang.

Le terme Gongbang est la contraction des mots coréens Gongbu et Bangsong, que l'on traduira par "émission d'études" et le principe est très simple. Un étudiant se filme à son bureau en train de réviser et il diffuse la vidéo sur YouTube. Et contrairement aux Mukbang, où le Youtubeur interagit avec son audience, l'étudiant reste ici silencieux et seuls les bruits du stylo qui gratte le papier et des pages qui se tournent se font entendre. En fermant les yeux, on se croirait presque en présence d'une vidéo de relaxation ASMR.

Au départ, un étudiant sud-coréen aurait créé ce concept, longtemps avant la pandémie, pour prouver à ses parents qu'il était bien en train d'étudier. Mais à l'heure où les futurs bacheliers et les étudiants préparant leurs examens de l'année se sont retrouvés isolés, chacun chez soi, le phénomène Gongbang a explosé.

Les chaînes YouTube proposant des sessions de Study With Me (étudie avec moi) en tout genre se sont multipliées – session nocturne, avec ou sans musique, à la bibliothèque ou dans une chambre, bercé par le bruit de la pluie – et les vidéos, qui peuvent durer jusqu'à 10 heures, sont visionnées par des centaines de milliers d'étudiants qui semblent trouver un certain réconfort dans cette pratique.

En 2020, le sentiment de solitude s'est accru avec le virus, et des étudiants du monde entier se sont pris de passion pour ces sessions de révisions virtuelles, qui leur offrent une motivation qu'ils ont parfois du mal à retrouver en étant enfermé, sans lien social. On oublie parfois combien il peut être stimulant d'échanger avec un compagnon de classe, de confronter des idées ou simplement de se retrouver dans une ambiance propice à une attitude studieuse, comme peut l'être une bibliothèque universitaire.

Le Gongbang sert donc de soutien virtuel et il suffit de s'intéresser aux commentaires qui pullulent sous les vidéos les plus populaires pour se rendre compte de l'effet positif de ce type d'initiative : "Je viens d'étudier 2h30 avec toi, incroyable !", "Tu ne te rends pas compte à quel point tu m'aides… Je n'ai jamais été aussi productive, merci !", "Je regarde ta vidéo pour rompre la solitude quand je fais mes devoirs…", "Trop cool d'avoir un compagnon même quand on est enfermé !"

Corée du Sud, USA, France, Inde, Japon, Royaume-Uni… le Gongbang se diffuse à travers le globe, pour soutenir des étudiants solitaires qui espèrent certainement pouvoir regagner les bancs universitaires au plus vite.

Publié le 08 mars 2021

A lire ailleurs