Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Le sommet de l’inlandsis du Groenland a connu sa toute première pluie

De mémoire d'Homme, cela ne s'était jamais produit : il a plu au sommet du Groenland, un endroit où un froid polaire devrait normalement empêcher toute formation de goutte.

Le Groenland est une île danoise se trouvant non loin du pôle Nord. C'est la troisième plus grande île du monde, remarquable en ce sens que sa surface est à 80 % recouverte de glace. C'est ce que l'on appelle un inlandsis, un glacier tellement grand qu'il s'étend sur une très large surface en recouvrant la terre sous lui. L'inlandsis du Groenland fait 1.710.000 km² et en son centre, l'épaisseur de la glace peut atteindre 3.000 mètres.

Le point le plus haut de l'inlandsis du Groenland se trouve à 3.238 mètres d'altitude. En contrebas, à une vingtaine de mètres, se trouve un camp de recherche américain implanté en 1989, la station Summit. À une telle altitude et si proche du pôle, les températures en plein été oscillent entre un minimum de -20°C et un maximum de -11°C. Autant dire des températures bien en deçà du gel qui ont toujours empêché qu'il pleuve de ce côté-là de la planète. Tout du moins, pas depuis que la station Summit a été installée. Contre toute attente cependant, c'est finalement arrivé !

Le samedi 14 août 2021, quelle ne fût pas la surprise des scientifiques du camp lorsqu'ils se réveillèrent au son d'une averse drue. Ayant commencé dès 6h du matin, la pluie a continué pendant 13 heures, s'arrêtant par intermittence, mais reprenant toujours de plus belle. Une première qui a tellement pris de court les chercheurs qu'ils n'ont même pas pu relever le volume d'eau tombé, une donnée pourtant primordiale. Pour leur défense néanmoins, ils avaient une très bonne excuse : ils n'avaient pas de pluviomètre (appareil servant à mesurer la quantité de pluie tombée) et ce pour la simple et bonne raison qu'il n'était pas censé pleuvoir à une telle altitude ! Heureusement, la NSIDC (National Snow and Ice Data Center), une organisation américaine spécialisée dans la recherche polaire, a pu extrapoler un chiffre : 7 milliards de tonnes d'eau tombée sur tout le Groenland pour la seule journée de ce fameux samedi. Un record absolu.

À l'origine de cette pluie inattendue, une hausse des températures, évidemment, qui a permis à la zone de se réchauffer à un demi degré à peine au-dessus de zéro. C'est peu, mais appuyé par une masse d'air chaud et humide comme ce fût le cas, c'est suffisant pour qu'il puisse pleuvoir au sommet de la très froide calotte du Groenland.

Publié le 12 octobre 2021

A lire ailleurs