Antipub détecté

Notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

C'est officiel, la sixième extinction de masse a démarré

Alors que l’on pensait encore avoir du temps avant qu'une nouvelle extinction massive ne commence vraiment, des scientifiques annoncent qu’il est trop tard : on y est déjà !

On parle souvent de sixième extinction dans les médias. Un terme qui fait peur et qui devrait. Le public la voit comme une soudaine disparition de la faune et de la flore, comme dans un flash, puis plus rien. Cette conception est trompeuse. En réalité, si cette disparition se fait bien dans un temps bref, tout est relatif.

Définition d’une extinction de masse

Une extinction de masse, parfois appelée aussi "extinction massive" ou encore "grande extinction", est un effondrement massif et soudain de la biodiversité dans le monde. Une hécatombe à l’échelle planétaire qui voit au moins disparaître les trois quarts des espèces d’êtres vivants présents sur la Terre.

Cette disparition ne se fait évidemment pas brusquement, quoique, comme dit plus haut, tout est relatif. Une extinction de masse s’étale en fait sur quelques millions d’années, une éternité à l’échelle humaine, mais à peine un clin d’œil à l’échelle géologique de notre planète.

Déjà cinq extinctions massives dans l’histoire de la planète

En combinant les résultats de plusieurs années d’études effectuées par des géologues, des biologistes et beaucoup d’autres spécialités scientifiques, les chercheurs ont découvert qu’il y a eu jusqu’ici 5 extinctions de masse sur Terre. La première a eu lieu il y a environ 445 millions d’années, puis il y a entre 380 et 360 millions d’années, et encore entre 252 et 245 millions d’années. La quatrième extinction s’est passée il y a 201 millions d’années et, enfin, la dernière, celle qui a eu raison des dinosaures, est arrivée il y a 66 millions d’années.

À chaque fois, un événement majeur a été à la base de la disparition de centaines de milliers d’espèces : éruption simultanée de plusieurs volcans, chute d’une météorite ou encore, grande glaciation. C’est pour cette raison que, malgré les chiffres alarmants sur la baisse de la biodiversité, beaucoup pensent encore que la situation en ce 21e siècle n’est pas si inquiétante. Et pourtant, la sixième extinction de masse est bel et bien déjà en marche et elle est causée par l’Homme.

Les espèces invisibles

Pour démontrer que nous sommes déjà dans la sixième extinction, le malacologiste (spécialiste des mollusques) Philippe Bouchet ainsi que les biologistes Benoît Fontaine et Robert Cowie se sont penchés sur les espèces qu’ils qualifient d’invisibles : insectes, mollusques, vers, etc. Elles sont dites "invisibles" parce qu’elles n’intéressent que peu de personnes, y compris les scientifiques. Elles n’entrent ainsi que rarement en compte lorsque vient le temps de dresser la liste des espèces menacées et encore moins quand il faut cataloguer celles disparues. C’est une erreur importante selon les chercheurs, puisque non seulement beaucoup d’espèces d’invertébrés, surtout des insectes, restent encore à découvrir, mais aussi parce qu’elles représentent la très vaste majorité de la faune de la planète.

La sixième extinction est déjà en cours

Pour corriger cette erreur, les trois chercheurs ont intégré les invertébrés au calcul des espèces disparues, en établissant un modèle mathématique sur la base de différents types de données qu’ils ont récoltés. Ils sont alors arrivés à une terrible conclusion : un total d’au moins 200 000 espèces animales auraient disparu au cours de ces 5 derniers siècles !

Ce chiffre impressionne en bien des points. Déjà, c’est 220 fois plus élevé que les estimations réalisées jusqu’ici et qui étaient uniquement basées sur les espèces de vertébrés. Il signifie que 10 % des espèces d’invertébrés seraient en fait déjà éteintes.

Ensuite, arriver à un tel niveau d’extinction aurait normalement dû nécessiter plus de temps. En pêchant à outrance, en détruisant les habitats pour son agriculture et ses villes, ou encore en déréglant le climat, l’Homme est ainsi en train de tuer la biodiversité plus rapidement que ne le ferait une catastrophe planétaire. Si nous n’agissons pas, la sixième extinction, baptisée "extinction de l’Holocène", sera tout simplement la plus rapide de toutes les extinctions massives qu’ait connues notre planète.

Publié le 04 février 2022

A lire ailleurs