Merci de désactiver votre bloqueur de pub

Notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité.
Celle-ci nous permet de vous offrir un contenu de qualité.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

Comment mesure-t-on le taux d'alcool dans le sang avec le souffle ?

Temps de lecture : 5 min

Il est conseillé de posséder un éthylotest homologué dans un véhicule motorisé. Cela, afin de permettre l'autocontrôle avant de prendre le volant. Mais vous êtes-vous déjà posé la question du fonctionnement de ce dispositif ? Voici ce qu'il faut savoir sur la mesure du taux d'alcool dans le sang avec le souffle.

Posséder un alcootest dans son véhicule n'est plus une obligation en France depuis 2020. Ce fut l'une des mesures de prévention décidée par l'État français pour lutter contre l'alcoolémie au volant. Mais il est toujours utile d'en posséder un : alcoolisé, un conducteur a 8,5 fois plus de risques d'être à l'origine d'un accident. D'ailleurs, pour être autorisé à conduire, le taux d'alcool dans le sang ne doit pas dépasser un seuil légal. Et pour le mesurer, le meilleur moyen est donc d'utiliser un éthylotest.

L'alcootest mesure le taux d'éthanol dans l'air expiré

Pour un conducteur expérimenté, le taux d'éthanol ne doit pas être supérieur à 0,5 gramme par litre de sang, équivalant à 0,25 milligramme par litre d'air expiré. Pour les détenteurs du permis probatoire, les personnes en situation d'apprentissage et les conducteurs de véhicules de transport en commun, le seuil est de 0,2 gramme d'éthanol par litre de sang, soit 0,1 milligramme par litre d'air expiré. Le taux maximum est également de 0,2 gramme par litre de sang (0,1 milligramme par litre d'air expiré) pour les personnes contraintes à conduire un véhicule équipé d'un EAD (éthylotest antidémarrage).

Voici comment fonctionne ce dispositif, qu'il s'agisse d'un éthylotest chimique ou électronique.

Principe de fonctionnement d'un éthylotest

Chimique ou digital, l'éthylotest est similaire sur le principe de base. Tous deux sont des dispositifs d'auto-dépistage reposant sur la mesure du taux d'alcool présent dans l'air expiré. Et tous deux sont calibrés pour réagir à une présence d'éthanol supérieure à la limite autorisée. Ils diffèrent en revanche dans l'approche.

Le fonctionnement de l'éthylotest chimique tient compte, par définition, d'un réactif chimique, alors que le dispositif électronique mesure le taux d'alcool dans le souffle au moyen de capteurs, affichant ensuite le résultat par écran digital interposé. Les deux sont préventifs et seront complétés par une évaluation plus précise de la part des autorités en cas d'infraction, par le biais d'un éthylomètre (plus rigoureux) appelé aussi ivressomètre, voire par une prise de sang.

Veillez à ce que votre éthylotest soit homologué et en état de fonctionner correctement, sinon le conserver dans votre boîte à gants ne vous servira pas à grand-chose.

Caractéristiques de l'éthylotest chimique

L'éthylotest chimique se compose d'un embout dans lequel on souffle, et éventuellement d'un sac en plastique appelé aussi ballon, d'où l'expression largement répandue de « souffler dans le ballon ». Dans l'embout du dispositif se trouve un réactif chimique, le dichromate de potassium. Son dosage précis lui permet de réagir à une quantité de vapeur d'éthanol donnée afin de fournir une réponse fiable.

L'éthylotest réagit à l'oxydation de l'éthanol expiré : si l'air passant au travers du réactif contient une quantité d'éthanol supérieure à la limite autorisée, le composé passera de la couleur orange à la couleur verte (la personne est alcoolisée, voire complètement ivre). S'il conserve sa couleur d'origine, c'est que la personne est sobre et apte à conduire. Dans les deux cas, il est impossible de le réutiliser, vous devez le jeter.

Fonctionnement de l'éthylotest électronique

Dans l'éthylotest digital, nul besoin d'un composant chimique. Celui-ci est équipé en contrepartie de capteurs électroniques calibrés de manière très précise pour calculer la teneur en éthanol de l'air expiré. De la même manière qu'avec un alcootest chimique, il suffit de souffler dans l'embout de l'appareil. Celui-ci affiche ensuite instantanément l'alcoolémie.

Contrairement au dispositif chimique, vous pouvez conserver celui-ci et le réutiliser autant que nécessaire, sous réserve de changer l'embout, de vous assurer de son étalonnage correct et de son bon état de propreté. La charge des batteries d'alimentation devra également être vérifiée régulièrement.



Quel éthylotest choisir ?

L'éthylotest chimique est parfait pour une utilisation ponctuelle. C'est un dispositif jetable peu onéreux à glisser dans votre boîte à gants. Vous veillerez à ce qu'il ne dépasse pas la date limite d'utilisation et penserez donc à le renouveler lorsque nécessaire.

Si vous envisagez une utilisation régulière de votre alcootest, vous pourrez en revanche vous équiper d'un appareil électronique. Son achat sera certes plus coûteux, mais vous le conserverez dans le temps, quelle que soit la fréquence d'utilisation. Seuls les embouts seront à renouveler, plusieurs sont fournis à l'achat. Le choix sera donc déterminé par l'usage que vous en ferez.

Assurez-vous de la qualité et la fiabilité de l'alcootest que vous achetez

Inutile d'insister sur le fait que conduire sobrement est une nécessité absolue, tant pour sa propre sécurité que pour celle des autres. D'où l'importance de posséder à bord de son véhicule un dispositif fiable pour évaluer son alcoolémie.

Lors de votre achat, vous devez vérifier que l'appareil ou le dispositif soit conforme aux normes NF en vigueur. Cela doit être clairement indiqué sur l'emballage. L'alcootest chimique ayant une date limite d'utilisation, n'omettez pas de la vérifier également.

Veillez aussi à la présence d'une notice d'utilisation et conformez-vous scrupuleusement à ce qui y est inscrit. En effet, pour un résultat fiable, il convient de respecter un délai après l'ingestion de boissons alcoolisées, et l'utilisation de l'alcootest, qu'il soit chimique ou électronique, doit s'effectuer selon un protocole précis. Faute de quoi, le résultat pourrait être faussé.

Évitez dans tous les cas l'achat sur un site web non fiable, proposant des prix défiant toute concurrence. Vous ne pourrez ni vous assurer de la qualité du dispositif ni connaître sa date de péremption.

« Boire ou conduire, il faut choisir » est un slogan entré dans l'inconscient collectif. Malgré tout, nombre de conducteurs prennent encore le volant en faisant le mauvais choix. Parmi lesquels beaucoup de jeunes aimant faire la fête. Heureusement, certains préfèrent la tendance sans-alcool, et c'est tant mieux. À vous de vous assurer de prendre la bonne décision, pour la sécurité de tous !

Publié le 25 juin 2024

Cherchez une réponse :


Vous n'avez pas trouvé de réponse ?

Posez votre question