Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

Fiche métier : Eleveur de chiens

En quoi cela consiste ?

Reproduire une race de chiens pour la compagnie, l'exposition ou certaines activités (chasse, recherche...). L'éleveur doit s'occuper au quotidien de la petite "famille" : nourrir les chiens, les sortir, les promener, leur permettre de s'accoupler... Il gère la grossesse des femelles, la naissance des petits et leur éducation de base. C'est un amoureux des chiens, qui se consacre souvent à une race en particulier.

Diplômes requis

Il n'y a pas de diplôme obligatoire pour exercer cette profession. Il faut avant tout un grand intérêt pour les chiens, les connaissances s'acquièrent souvent par la pratique. Il faut aussi avoir de la patience, de l'espace (une maison et un terrain) et une bonne organisation pour trouver ses clients.

Domaines ou qualités à travailler

Toutes en général et aucune en particulier. Un éleveur doit évidemment posséder un immense amour des chiens, en particulier de la race qu'il élève. Patient, disponible et organisé, il doit avoir un bon sens du contact avec les futurs propriétaires des chiots pour savoir transmettre les premiers conseils.

Rencontre avec...

Jean-Claude Lephay, éleveur de chihuahuas

Comment vous est venue l'idée de faire ce métier ?
J’ai toujours eu des chiens. Un jour, j’ai complètement craqué devant une magnifique petite Chihuahua au poil court noir et feu, qui s'appelait "Perle". C'était en 1998. Par la suite, j’ai adopté plusieurs autres Chihuahua, dont un mâle. Du coup, une de mes femelles s’est retrouvée gestante [enceinte]. L’aventure de cette première portée m’a passionné, j’ai donc recommencé.

Quel a été votre parcours pour y arriver ?
J’ai été conseillé par des éleveurs ainsi que par mon vétérinaire qui me suit depuis des années, afin d’avoir les connaissances nécessaires pour bien reproduire mes chiens. Il a également fallu passer un certificat de capacité d’éleveur, et faire des installations spécifiques chez moi pour être validé par la DSV (Direction des Services Vétérinaires).

Qu'est-ce qui vous plaît le plus dans votre profession ?
Une naissance est toujours un moment magique. J’aime également voir le bonheur apporté dans une famille par l’arrivée de mes chiots.

Quels sont en revanche ses inconvénients ?
Être éleveur est un métier, nous ne comptons pas nos heures. Il est donc difficile de partir en week-end ou en vacances. Une chienne peut mettre bas en pleine nuit, si elle n’a pas de lait c’est nous qui devons allaiter les chiots au biberon toutes les deux heures. Mais le plus éprouvant reste le départ des chiots à deux mois et surtout de devoir placer des reproducteurs retraités afin de ne pas dépasser le quota exigé par la loi Française.

Y a-t-il encore des débouchés dans ce secteur d'activité ?
Malgré une concurrence accrue et parfois déloyale (je pense aux portées sauvages réalisées par les particuliers), il y a encore des débouchés, pour les bons éleveurs. J’ai lu récemment, qu’il y avait environ 8 millions de chiens en France, 25% des foyers en abritent au moins un. Les Français aiment les animaux, ce n’est pas nouveau. Pour ce qui nous concerne, le Chihuahua est parfait pour une vie urbaine : plus besoin d’habiter en maison pour avoir un chien !

Visitez le site de l'élevage : www.elevage-chihuahua77.fr

Découvrez d'autres métiers :

1 commentaire

Bouledogue américain (par Dominique, le 19/08/2016)

C'est faux lorsque vous dites qu'il n'y a aucun diplôme, depuis le 6 janvier 1999 on doit passer un certificat de capacité pour avoir le droit d'élever des chiens, sans ce sésame vous êtes en infraction.

Vous aussi, laissez votre avis !

Magazines études et emplois

Abonnement COURRIER CADRES
Abonnement MANAGEMENT
Abonnement L'ÉTUDIANT
Abonnement METIERS DE LA PETITE ENFANCE
Abonnement SCIENCES HUMAINES