Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

La réalité virtuelle peut-elle aider à soigner des maladies ?

Grâce à la réalité virtuelle, les malades parviennent à oublier leur douleur, les accros aux cigarettes arrêtent de fumer, ceux qui souffrent de phobies cessent d'avoir peur. Un miracle ? Plutôt une grande avancée technologique.

Si la réalité virtuelle nous est plus connue dans le contexte du loisir, des expériences immersives, des jeux, elle s'utilise également à des fins thérapeutiques. Bien que son implémentation ne soit pas encore généralisée, son développement est très prometteur et ses bienfaits ont déjà pu être prouvés. Pour certains médecins, il s'agit d'une solution révolutionnaire qui aide à soigner les maladies mentales, faire oublier la douleur, divertir les patients en phase terminale, et tellement plus.

La technique d'exposition

Phobies, tocs, addictions, troubles alimentaires… La réalité virtuelle peut aider à guérir certaines maladies mentales. Pour cela, elle fusionne avec la technique d'exposition, une thérapie utilisée par les psychologues et psychiatres pour aider les patients à confronter leurs peurs. Elle consiste à immerger le patient dans un contexte où il parviendra à combattre ses problèmes, et la réalité virtuelle renforce l'expérience par son réalisme.

Ainsi, si une personne souffre de boulimie, elle sera amenée à marcher virtuellement dans un supermarché rempli de produits "boulimigènes". Il s'agit d'un exemple de lieu où une crise peut se produire, et la mission du patient est de graduellement apprendre à résister. De la même façon, ceux qui connaissent la phobie de l'avion vivront un vol très réaliste. De façon progressive, et avec l'accompagnement d'un spécialiste, le patient sera amené à s'accoutumer à l'objet de sa peur, en toute sécurité et sans effets secondaires.

Oublier la douleur

En plongeant un patient dans un autre monde, il peut tellement s'y immerger qu'il en oubliera momentanément son quotidien, et donc sa douleur. La réalité virtuelle, surtout si elle est bien plus excitante que la réalité, trompe le cerveau humain au point où celui-ci parvient à ne plus ressentir de douleur, ou significativement l'atténuer.

De nombreuses personnes souffrant de maladies chroniques, telles qu'un cancer, ont témoigné en avoir éprouvé les bienfaits pendant et après leur évasion virtuelle. Des femmes accouchant par voie naturelle sans péridurale ont ainsi oublié… d'avoir mal. Tout s'explique par le fait que les maux se ressentent davantage lorsque nous stressons et que notre cerveau se focalise sur la douleur : une fois le cerveau occupé, la souffrance diminue.



Dans la même logique d'évasion, la réalité virtuelle s'utilise pour atténuer les dures épreuves des patients en soins palliatifs. Une étude menée dans un hospice britannique pour personnes en fin de vie a offert à des patients l'opportunité de partir dans une expérience virtuelle personnalisée. Ces derniers se sont sentis beaucoup mieux et moins stressés, mais aussi plus heureux : lors de leur voyage en dehors du réel, les aides-soignants leur ont proposé de vivre leur dernière volonté ou réaliser un de leurs rêves. Une chance insoupçonnée pour des personnes condamnées.

Former les médecins

La réalité virtuelle sert également aux médecins et secouristes, afin de les aider à apprendre à réagir dans des situations inhabituelles. Le personnel médical étant souvent amené à devoir prendre des décisions rapides, les médecins peuvent s'entraîner dans des contextes très réalistes, et les étudiants et les internes être testés sur leurs capacités et sur la justesse de leur diagnostic lors de situations d'urgence.

Les étudiants en chirurgie peuvent également étudier de très près certaines opérations grâce à des simulations à 360 degrés. Avec une vision réaliste des processus sur la table d'opération, mais aussi de la structure de l'anatomie humaine, ils comprennent mieux les mécanismes du corps.

Ainsi, au-delà des jeux vidéo, la réalité virtuelle développe le monde médical et peut aider de nombreux patients. Elle réduit la douleur du stress, combat l'irrationnel par le virtuel, et bien plus encore. Il s'agit d'une grande sphère dans la recherche clinique, mais à ce jour, son implémentation n'a pas encore atteint un grand nombre d'hôpitaux et les logiciels se perfectionnent encore pour rendre les expériences plus personnalisables, plus réelles.

Publié le 20 décembre 2020

A lire ailleurs

Cherchez une réponse :


Vous n'avez pas trouvé de réponse ?

Posez votre question