Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

L'hippocampe

Vulnérable

Description physique

L’hippocampe est un petit poisson marin, mais qui, en fait, ne ressemble pas à un poisson. Il a plutôt un profil qui fait penser au cheval. C’est pour cela qu’on l’appelle aussi "cheval de mer". Il a un museau tubulaire, un corps allongé (généralement brun ou vert, dépendant du milieu où il vit) recouvert de plaques osseuses. Son dos comporte une rangée d’épines qui s’étend de la tête jusqu’à la queue. Cette dernière est préhensile comme celle d’un singe, c'est-à-dire qu'elle lui permet de s'agripper à un support.

Sa tête a deux yeux orientables dirigés vers l’avant et une bouche minuscule sans dents. Il a une poche sur le ventre comme celle d’un marsupial et aussi de très petites nageoires dorsales et pectorales. Cependant, il n’a pas de nageoires sur le ventre. L’hippocampe à long bec a une longueur de 12 à 16 cm pour un poids de 40 à 60 g. Il existe une cinquantaine d’espèces de tailles diverses (hippocampe à long bec, à museau court, rayé…).

Son lieu de vie

On trouve des hippocampes dans tous les océans du globe, surtout près du littoral, jusqu’à 50 mètres de profondeur. Cet animal est présent dans les écosystèmes tempérés et tropicaux, dans les prairies sous-marines. Il affectionne les courants marins chauds. Il supporte mal une grande variation de température.

Son alimentation

Comme il n’a pas de dents, l’hippocampe se nourrit de minuscules crustacés qu’il trouve dans les algues ou dans les coraux. Il mange de petites quantités qu’il aspire avec son nez. Il doit s’alimenter fréquemment, ce qui l’oblige à passer beaucoup de temps à rechercher sa nourriture.

Sa reproduction

Après une parade nuptiale qui varie selon la température de l’eau - et qui a lieu entre avril et octobre en Méditerranée -, l’accouplement se produit et dure quelques secondes. La fécondation se fait dans les voies génitales du mâle. La femelle dépose, selon l’espèce, de quelques dizaines à quelques centaines d’œufs de 0,5 à 3 mm de diamètre dans la poche du mâle située sur la partie ventrale de la queue. Le mâle se charge de la gestation, qui dure de 2 à 3 semaines, et de la survie de la progéniture. Si la poche n’est pas pleine, le mâle recherchera une autre partenaire pour faire le plein.

À la naissance, qui a lieu au sein de la poche, les petits mesurent entre 10 et 16 mm de long. Dès la sortie de la poche, ils se tiennent groupés et accrochés à une algue par la queue. Après quelques jours seulement, ils peuvent se tenir convenablement à la verticale. Ils ont une croissance rapide : au bout de 3 semaines, ils mesurent déjà 7 cm. Ils atteindront leur maturité sexuelle à l’âge de 5 à 8 mois.

Son espérance de vie

L’hippocampe peut vivre de 2 à 4 ans, que ce soit dans son milieu naturel ou dans un aquarium.

Signes particuliers

Habituellement, l’hippocampe se propulse en rampant et par ondulations. Il se tient tout le temps en position verticale et il nage rarement. Il est maître du camouflage pour échapper aux nombreux prédateurs (raie, poisson-crapaud, rascasse…). Cependant, l’homme demeure son plus grand prédateur. En effet, l’hippocampe n’a pas fini de fasciner les amateurs d’aquarium, et les hippocampes sont capturés par millions chaque année pour être gardés dans des aquariums ou tout simplement pour être transformés en porte-clés. Ils sont aussi très appréciés dans les pays asiatiques pour leurs soi-disant vertus aphrodisiaques.

Statut de préservation

À cause de la pêche mais aussi de la dégradation de leur habitat, certaines espèces d’hippocampes sont menacées d’extinction. C’est le cas notamment de l’hippocampe hérissé et de l’hippocampe rayé, deux espèces classées VU (vulnérables). D’autres espèces, comme l’hippocampe moucheté (ou à long bec) et celui à nez court, sont inscrites sur la liste rouge de l’UICN dans la rubrique DD (manque de données).

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Magazines sur les animaux

Abonnement LA SALAMANDRE
Abonnement 30 MILLIONS D'AMIS
Abonnement SPECIAL CHATS
Abonnement VOS CHIENS MAGAZINE
Abonnement CHEVAL PRATIQUE
Abonnement ANIMAUX BONHEUR