Antipub détecté

Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Qu'appelle-t-on des soft skills ?

Les soft skills, appelés “compétences non techniques” en français ou encore, parfois, “compétences douces”, sont des qualités non professionnelles et, le plus souvent, comportementales acquises en dehors du cursus scolaire et universitaire. On peut les voir comme des compétences personnelles qui ne peuvent être apprises via une formation classique, comme on apprendrait la comptabilité pour devenir expert-comptable par exemple, ou l'une des spécialités de la médecine pour devenir médecin spécialiste. D’ailleurs, si certains soft skills peuvent bien s’apprendre, ce n’est possible qu’au prix d’un effort sur le long terme puisque normalement, ils se gagnent et se peaufinent naturellement tout au long de la vie d’un individu en fonction des différents contextes familiaux, sociaux ou encore économiques qu’il rencontre.

Voici quelques exemples de soft skills :


  • l’empathie ;

  • la créativité ;

  • le sens du collectif ;

  • la confiance en soi ;

  • la curiosité ;

  • le respect.

Comme on peut le voir et contrairement aux aptitudes techniques qui permettent, elles, de s’acquitter correctement d’une tâche donnée (savoir additionner par exemple, savoir coder, etc.), les soft skills n'ont pas d’impact direct sur l’efficacité d’un individu si on le considère en dehors d’une organisation (une entreprise, une association, etc.).

Cependant, dès lors que l’on considère que l’individu évolue dans une organisation (ce qui est souvent le cas), ces compétences deviennent très importantes, car elles lui permettent alors de bien travailler collectivement et de contribuer positivement à l’entreprise commune. Les soft skills peuvent alors faire toute la différence entre un travail qui est à peine exécuté et un autre qui est fait de manière optimale. Autrement dit, cela signifie qu'ils font la différence entre un employé moyen (voire mauvais) et un bon employé.

Publié le 27 décembre 2021

A lire ailleurs

Cherchez une réponse :


Vous n'avez pas trouvé de réponse ?

Posez votre question