Merci de désactiver votre bloqueur de pub

Notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité.
Celle-ci nous permet de vous offrir un contenu de qualité.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

Les églises anglaises transformées en discothèque le temps d'une nuit

La cathédrale de Canterbury, haut lieu de la religion anglicane britannique, a fait parler d'elle pour un événement pour le moins peu orthodoxe : des soirées disco !

Les 8 et 9 février 2024 au soir, il y a eu foule devant la cathédrale de Canterbury. Située dans le Kent, un comté du sud-est de l'Angleterre, la "Cathedral and Metropolitical Church of Christ, Canterbury", de son nom complet, est une église aussi célèbre qu'ancienne, riche de plus de 1 400 ans d'histoire. C'est un véritable monument, dans tous les sens du terme, siège de l'archidiocèse anglican de Canterbury et lieu classé au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1988. Pourtant, si des milliers de personnes y ont fait la queue pour entrer, ce n'est pas pour la visiter et encore moins pour la messe, mais plutôt pour y faire la fête !

Le temps de deux soirées, la cathédrale s'est ainsi prêtée au jeu des clubbers en se métamorphosant en boîte de nuit éphémère, et s'est même, pour l'occasion, parée d'un habit de lumière que ne renieraient pas les plus branchées des night-clubs. Sticks lumineux dans les mains, les fêtards ont alors pu se déhancher sous la nef au son des tubes des années 90, allant d'Oasis à Whitney Houston en passant par les Spice Girls, sous le regard de vitraux et de colonnes gothiques neuf fois centenaires.

S'ils pouvaient parler d'ailleurs, ces témoins silencieux des siècles passés avoueraient volontiers leur totale incompréhension face à la scène s'offrant à eux. Par respect des lieux en effet, les organisateurs ont choisi de ne pas diffuser la musique via des enceintes géantes. À la place, ils ont distribué des casques individuels aux participants pour une expérience de discothèque silencieuse, quoique sûrement très incongrue pour un observateur extérieur.

Si les clubbers étaient enthousiastes (il faut les comprendre, ce n'est pas tous les jours qu'on peut danser sur du Eminem dans une église millénaire), plusieurs fidèles chrétiens, eux, étaient loin de l'être. Ils ont été ainsi 1 600 à signer une pétition contre l'événement, puis à manifester devant la cathédrale contre ce qui est, pour eux, un blasphème. Une polémique qui n'est d'ailleurs pas près de se calmer outre-Manche : d'autres églises à travers toute l'Angleterre songent désormais à organiser des événements similaires dans le but pieux de collecter des fonds pour entretenir leurs édifices religieux.

Publié par Ando, le 02 mai 2024