Merci de désactiver votre bloqueur de pub

Notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité.
Celle-ci nous permet de vous offrir un contenu de qualité.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

Quelles sont les langues les plus compliquées au monde ?

Tous les individus ne sont pas forcément égaux face à l'apprentissage des langues et certains ont de grandes facilités à apprendre, parler et maîtriser un idiome. Pourtant, même pour les linguistes les plus aguerris, il existe des langues particulièrement difficiles à appréhender. À cause d'un alphabet complexe, de règles grammaticales alambiquées ou d'une prononciation difficile, elles donnent du fil à retordre à ceux qui tentent de les apprendre. Voyons le top 10 de ces langues compliquées.

Apprendre une langue peut-être un véritable plaisir, quand celle-ci sonne aussi bien que l'italien ou qu'elle est aussi répandue que l'anglais, ce qui facilite la tâche. Mais c'est parfois un véritable chemin de croix, qui demande de la volonté et de l'abnégation, quand on se frotte aux langues les plus compliquées au monde, qui requièrent un effort tout particulier pour être maîtrisées. Tons, accents, kanji, graphie, règles orthographiques… Rien n'est fait pour nous faciliter la vie !

Le chinois, entre kanjis et tons

Elle a beau être la langue la plus parlée au monde, le chinois n'en reste pas moins la plus difficile à apprendre. Elle possède plusieurs déclinaisons (mandarin et cantonnais), il faut apprendre des milliers de sinogrammes parfois très complexes à tracer correctement et même en version simplifiée, l'expérience reste ardue. Pour ne rien arranger, le chinois écrit ne donne pas d'indication quant à sa prononciation orale, alors que les intonations (4 en mandarin et 7 en cantonnais) ont une importance primordiale dans la signification d'un même mot. Pour un habitué des langues latines, les sons chinois sont difficiles à percevoir et donc compliquées à reproduire.

Toutefois, maîtriser une langue étrangère aussi complexe peut ouvrir de nombreuses portes, culturelles ou professionnelles, alors tenez bon !

L'arabe littéraire, une langue écrite complexe

Il suffit de voir des textes en arabe pour comprendre que l'apprentissage ne sera pas aisé. La lecture se fait de droite à gauche et l'alphabet paraît assez opaque. Ensuite, les sons en arabe, gutturaux, ne sont pas évidents à prononcer pour certains locuteurs français ou anglais, car leurs langues n'en possèdent pas. Autre difficulté majeure de l'arabe littéraire, le fait que personne ou presque ne parle cette langue. Elle est principalement écrite, et chaque pays, chaque région arabophone a son propre dialecte.

Le grec, son alphabet et ses accents

Le grec actuel (pas celui étudié au collège) a évolué avec le temps, mais c'est toujours une langue très compliquée à apprendre, avec des règles héritées de sa forme ancienne. L'alphabet diffère totalement du nôtre et de nombreux accents peuvent modifier totalement le sens d'un mot. À l'oral, on a vite fait de s'emmêler dans des quiproquos !

Le japonais et son triple alphabet

Hiragana, Katana, Kanji… Trois termes désignant les trois alphabets différents à maîtriser pour apprendre le japonais. Si les deux premiers sont accessibles et que la répétition permettra de les connaître rapidement, les milliers de kanjis et leur double lecture (chinoise et japonaise) à connaître sur le bout des doigts donneront des sueurs froides aux japonisants les plus patients. Si on ajoute à cela les divers degrés de politesse à appliquer selon votre interlocuteur, vous imaginez que vous ne pourrez pas lire de mangas ni converser avec des Japonais de sitôt.

L'islandais, un casse-tête archaïque

L'Islande, en tant qu'île, a développé une langue qui mêle des influences germaniques du nord et scandinaves, avec des règles assez obscures qui semblent liées à l'isolement du pays. Il y a plusieurs phonèmes qu'on ne retrouve pas dans le français et l'alphabet comprend de nombreuses lettres avec accent et des combinaisons de consonnes qui rendent l'islandais difficile. Enfin, c'est une langue flexionnelle : à ce titre, les noms se déclinent en 4 formes selon leur position dans la phrase.

Le coréen, une langue isolée

La bonne nouvelle, c'est que l'alphabet coréen est très simple à apprendre. Il fut créé dans le but de faciliter l'apprentissage d'une langue officielle par la population et on peut rapidement déchiffrer des textes. Mais les choses se complexifient par la suite. C'est une langue isolée qui ne s'approche pas vraiment d'autres langues, malgré certaines similitudes dans la formation des phrases avec le japonais ainsi que dans l'usage de particules. La prononciation est difficile et il faut parfaitement maîtriser la phonétique pour lire des mots souvent assez longs. Mais la Corée du Sud est à la mode en ce moment et la profusion de fictions coréennes ou de k-pop pourrait aider les apprenants dans leur parcours.

Le finnois, ses déclinaisons et ses suffixes

Parlé en Finlande (langue officielle) et en Suède (langue minoritaire), le finnois est une langue agglutinante, c'est-à-dire qu'on ajoute préfixes et suffixes à ses mots, et flexionnelle avec 15 cas de déclinaisons officiellement recensés. Selon leur rôle dans une phrase, les terminaisons de mot changent radicalement. Quant à la maîtrise du finnois oral, elle est plutôt aisée avec une prononciation quasi-phonétique. Ouf !

Le danois et le norvégien : une conjugaison complexe

On regroupe ici ces deux langues germaniques, car elles présentent des difficultés similaires : mots à rallonge, enchaînements de consonnes qui rendent la lecture et la prononciation compliquées, déclinaisons et variations propres aux langues flexionnelles, et des règles de grammaire à connaître par cœur. Pour accroître encore un peu la difficulté, sachez que le norvégien oral se compose de très nombreux dialectes, qui ne facilitent pas la communication sur place.

Le français, pour ses règles orthographiques

Les natifs francophones ont la chance de ne pas avoir eu à apprendre le français en tant qu'étranger. Même nos voisins proches que sont les Italiens, les Espagnols ou les Portugais, avec qui on partage une racine latine commune, pestent contre des règles orthographiques complexes (exemple : "oiseau", qui pose de gros problèmes aux Italiens !) et des exceptions bien trop présentes. C'est heureusement le deuxième accent le plus sexy au monde, après l'accent british !

Si d'autres langues peuvent s'avérer compliquées à apprendre, comme le hongrois, le polonais, le lituanien, l'hindi, le tagalog ou encore l'hébreu, il faut persévérer, car pouvoir communiquer avec un natif dans sa propre langue est un exploit tout à fait gratifiant.

Publié le 11 avril 2022

A lire ailleurs

Cherchez une réponse :


Vous n'avez pas trouvé de réponse ?

Posez votre question