Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Une lycéenne de 15 ans nommée Enfant de l'année 2020

Le magazine américain Time lance pour la première fois une catégorie "Enfant de l'année" et nomme pour l'édition 2020 une lycéenne férue de sciences.

Cela fait 92 ans que Time Magazine décerne chaque année le titre de "Personnalité de l'année", une distinction qui vient récompenser l'homme ou la femme qui aura le plus marqué l'année en cours. En 2019 par exemple, la personnalité de l'année a été Greta Thunberg, la jeune militante écologiste qui n'a pas hésité à interpeller le président américain Donald Trump sur son inaction face au réchauffement climatique. A 16 ans, elle est ainsi devenue la plus jeune personne à avoir jamais reçu ce titre. Cela aurait-il donné des idées à Time Magazine ? Un an plus tard en tout cas, l'hebdomadaire décide d'innover en lançant une version enfant de sa distinction phare, un titre destiné à mettre un coup de projecteur sur la jeune génération de leaders aux États-Unis.

Pour trouver l'enfant de l'année, Time s'est associé à la chaîne de télévision Nickelodeon, scrutant les réseaux sociaux et consultant les commissions scolaires de tout le pays, pour repérer les jeunes qui font bouger les lignes. Ils ont fini avec une liste de plus de 5 000 enfants âgés de 8 à 16 ans qui ensuite a été difficilement réduite à 5 par un comité. Le 3 décembre 2020, celui-ci a fini par annoncer le nom de la première lauréate du titre d'Enfant de l'année : Gitanjali Rao, une adolescente férue de science de 15 ans habitant dans le Colorado.

A 11 ans, Gitanjali avait déjà gagné un prix en inventant un ingénieux dispositif connecté à base de nanotubes permettant de détecter la présence de plomb dans l'eau potable (le plomb étant un poison pour l'organisme). L'une de ses dernières créations est une technologie baptisée Kindly qui permet de filtrer les messages pouvant être blessant dans un effort pour lutter contre le harcèlement en ligne. Pour ce faire, le système se base sur une intelligence artificielle.

Mais ce qui a réellement fait la différence pour le comité, ce sont les efforts déployés par Gitanjali pour influencer positivement les autres. En travaillant avec des écoles, des clubs et même des musées, elle est par exemple arrivée à encourager plus de 3 000 jeunes à trouver leurs propres solutions aux problèmes qu'ils rencontrent. Son message : "Si je peux le faire, vous pouvez le faire, et n'importe qui peut le faire" !

Publié le 18 décembre 2020

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !