Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Une médaille d'or est-elle vraiment en or ?

Apparues pour la première fois en 1896 (et en 1904 pour l’or), les médailles olympiques marquent la consécration pour un athlète. En obtenir une est ainsi une distinction en soi, mais en obtenir une en or est la récompense suprême. Une récompense plus symbolique que matérielle toutefois, puisqu’une médaille d’or n’est pas en or. Du moins, pas totalement.

Les caractéristiques physiques des médailles olympiques, incluant leurs compositions, sont dictées par le Comité international olympique (CIO). Pour le cas de la médaille d’or, la règle est claire : elle doit au minimum être composée à 92,5% d’argent. La médaille d’or olympique n’est donc pas en or massif, mais plaquée or. Ainsi, lors des Jeux Olympiques de Tokyo de 2020 par exemple, une médaille d’or ne contenait que 6 grammes d’or pour un poids total de 556 grammes.

Pour autant, il n’en a pas toujours été ainsi, et entre 1904 et 1912, les champions olympiques recevaient effectivement une médaille d’or entièrement en or massif. Sans surprise, la différence en coût est énorme et si l’on s’amusait à faire cela aujourd’hui, une médaille d’or des JO de Tokyo coûterait environ 27.522 euros au lieu de 676 euros (cours de l’or et de l’argent en juillet 2021).

Publié le 02 août 2021

A lire ailleurs

Cherchez une réponse :


Vous n'avez pas trouvé de réponse ?

Posez votre question