Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

La police de New-York abandonne son chien robot

Saviez-vous que la police de New York possédait un vrai chien robot dans son équipe ? Un outil futuriste contre le crime que l'administration s'est résignée à rendre pour une raison inattendue : la population n'était tout simplement pas encore prête pour !

Spot est un robot ultra-perfectionné fabriqué par une société américaine appelée Boston Dynamics. Flanqué de 4 pattes qui lui permettent tout, jusqu'à même descendre des marches, il ressemble à un chien à ceci près qu'au lieu d'une tête, il possède des caméras. Il est aussi équipé d'un micro et de haut-parleurs, et peut être contrôlé à distance par un être humain.

Boston Dynamics a conçu son robot pour aller dans des endroits difficiles d'accès ou trop dangereux pour un homme. Il peut par exemple se faufiler dans un passage trop étroit pour nous, ou encore explorer une zone irradiée. Spot peut cependant être aussi utilisé à d'autres fins, comme en décembre 2020 lorsqu'il a été adopté par la police de New York, aux États-Unis.

La version de Spot utilisée par la police new-yorkaise était une version légèrement modifiée, avec une caméra spéciale pouvant voir à 360° et une peinture bleue (au lieu de jaune). Elle a été baptisée "Digidog". La police l'a présentée avec optimisme comme un chien qui allait "sauver des vies, protéger les gens et protéger les officiers de police". Dans les faits cependant, leur enthousiasme a vite été douché par la population qui s'est plutôt méfiée.

Tout d'abord, il y a ceux qui ont vu dans le robot une dérive de plus vers la militarisation exagérée des forces de police, un problème typique de l'Amérique où les policiers patrouillent en ville avec des armes normalement réservées aux militaires. Certains encore se sont sentis espionnés par les capteurs du chien-robot, tandis que d'autres ont tout simplement été mal à l'aise devant l'étrangeté qu'inspire un objet normalement inanimé, mais qui parvient à imiter si naturellement un être vivant.

Devant le rejet et même l'animosité qu'a inspiré Digidog, la police de New York n'a eu d'autres choix que de mettre fin au contrat de location de l'appareil. Le robot a ainsi été rendu à Boston Dynamics dès le mois d'avril suivant alors que le contrat était encore censé courir jusqu'au mois de septembre. Heureusement pour Spot, son adoption par d'autres secteurs plus pacifistes, notamment la surveillance ou encore l'inspection industrielle, se présente, elle, sous de meilleurs auspices.

Publié le 28 septembre 2021

A lire ailleurs