Merci de désactiver votre bloqueur de pub

Notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité.
Celle-ci nous permet de vous offrir un contenu de qualité.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

Hyperpolyglotte, il parle 41 langues : son cerveau étonne la science

Vaughn Smith est un nettoyeur de tapis de 46 ans et ses facultés linguistiques étonnent les chercheurs : il est en effet capable de parler 41 langues !

On désigne par polyglotte un individu capable de parler plusieurs langues, mais c'est le terme d'hyperpolyglotte qui est utilisé pour une personne qui parle plus de 6 langues. Vaughn Smith, un Américain de 46 ans, semble posséder une faculté unique qui lui a permis d'apprendre 41 langues !

Il est parfaitement à même de parler dans 24 idiomes différents, dont l'anglais, le russe, le bulgare, le roumain, le portugais, l'islandais (qui est tout de même l'une des langues les plus difficiles au monde), le slovaque, l'espagnol ou encore le tchèque qu'il maîtrise parfaitement. À ces 9 langues s'ajoutent 6 autres dans lesquelles il est capable de converser de manière fluide, notamment le français, le finnois, le serbe ou l'italien, et 27 autres dont il a acquis les bases avec des langages aussi divers et variés que le japonais, le suédois ou encore le langage des signes.

Alors qu'on pourrait s'attendre à ce que Vaughn Smith occupe un poste dans une entreprise internationale, qu'il soit diplomate ou qu'il travaille en tant que traducteur ou interprète à l'ONU, l'homme de 46 ans mène une vie paisible de nettoyeur de tapis à Washington. C'est l'un de ses amis qui a mentionné l'histoire et les capacités incroyables de M. Smith à un collègue journaliste du Washington Post, qui a voulu en savoir plus.

Lors de la rencontre, le journaliste s'est rendu compte que Vaughn avait tendance à minimiser ses capacités linguistiques, preuve qu'il ne cherche à impressionner personne. Pourtant, en creusant un peu, il est parvenu à en apprendre plus sur ses motivations pour apprendre ces langues. L'Américain explique que durant sa jeunesse, il entendait deux langues : l'anglais de son père et l'espagnol de sa mère. Mais lors de la visite de lointains cousins venus de Belgique, il réalise qu'il ne comprend rien et en éprouve une grande frustration. C'est là qu'il s'est dit : « je veux ce pouvoir ! ». Et c'est ainsi qu'il entame un apprentissage de chaque nouvelle langue qu'il croise, au détour d'une conversation, d'un livre ou d'une chanson.

Curieux, des chercheurs du MIT (Massachusetts Institute of Technology, spécialisé dans la science et la technologie) ont demandé à Vaughn Smith et au journaliste de se prêter à un petit jeu de comparaison via des images réalisées de leur cerveau respectif. Il en ressort que le cerveau de l'hyperpolyglotte a besoin de moins d'oxygène pour s'exprimer dans son langage maternel. Cela peut signifier qu'il est né avec des zones cérébrales linguistiques plus efficaces que la norme, ou bien que son apprentissage précoce des langues a favorisé son cerveau dans le domaine et qu'il a développé cette étonnante capacité. Une bonne raison d'apprendre plusieurs langues en étant enfant !

Quand on sait qu'en Europe, on ne compterait qu'une vingtaine d'hyperpolyglottes, on prend facilement la mesure du talent linguistique de l'Américain. Ce dernier se rapproche d'ailleurs doucement du record détenu par Ioannis Ikonomou, un Grec de 52 ans qui travaille à la Commission européenne et qui parle... 47 langues !

Publié le 27 avril 2022