Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Sorcellerie : une école supprime ses livres de Harry Potter

Accusés de pouvoir faire surgir des esprits maléfiques quand on les lit, les ouvrages de la saga Harry Potter ont été retirés d’une école catholique aux États-Unis. Et ce n’est pas une première !

Les aventures du jeune sorcier Harry Potter ont fait (et font toujours) la joie de millions de lecteurs à travers le monde, qui se passionnent pour ses aventures fantastiques, entre amitié, amour et magie.

Mais ce dernier point semble attiser les craintes de certains croyants, comme le prêtre Dan Reehil, qui officie au sein de l’école catholique Saint-Edwards à Nashville, aux États-Unis.

Après avoir consulté des exorcistes aux USA et à Rome, qui lui ont confirmé les risques potentiels qu’il y avait à garder les aventures du petit sorcier dans l’école, ce prêtre a pris la décision radicale de supprimer les 7 livres écrit par J.K Rowling de la bibliothèque de l’établissement. Ce choix, somme toute surprenant, fait suite à la plainte d’un parent, qui s’inquiétait de la promotion de la magie noire et du satanisme au sein des livres Harry Potter.

Ce n’est pas la première fois qu’Harry, Ron, Hermione et leurs compagnons sont sous les feux de la critique, de la part d’associations religieuses et puritaines. Dès leur parution (en 1997 pour le premier tome), on a accusé ces ouvrages de promouvoir l’anarchie, de diffuser des messages subversifs et de faire l’apologie de la magie, considérée comme maline par beaucoup de croyants.

Dans l’e-mail qu’il a envoyé aux parents pour leur faire part de son action, le prêtre évoque le fait que "les charmes et les mauvais sorts utilisés dans les livres sont réels. S’ils sont lus par un être humain, ils risquent de faire apparaître les mauvais esprits face à la personne qui lit le texte".

Les élèves de cette école américaine n’auront d’autre choix que de lire la saga en douce (ou sous une cape d’invisibilité... !) s’ils veulent éprouver le frisson qu’ont eu leurs aînés en dévorant les péripéties du jeune Potter et connaître l’issue de son affrontement avec son terrible ennemi dont on ne doit pas prononcer le nom...

Publié le 24 septembre 2019

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !