Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

Les politiciens sont-ils proches des citoyens ?

Pris par leurs responsabilités, nos élus sont trop souvent déconnectés de la “vraie vie” et des valeurs citoyennes. Mais ces hommes et femmes politiques ne laissent pas toujours leurs fonctions leur monter à la tête.

Nous avons beau vivre en démocratie, les hommes et femmes politiques forment bien souvent une classe à part. Issus de milieux aisés, isolés dans de grandes écoles dès le plus jeune âge, puis absorbés par leurs carrières… On en vient à se demander quand nos élus rencontrent-ils les citoyens qu’ils sont censés représenter !

Heureusement, certains hommes et femmes politiques prouvent qu’ils partagent de vraies valeurs avec leurs électeurs. Cela ne passe pas tant par de grands discours calculés, que par de petits gestes en apparence anodin. Que l’on soutienne ou non leurs positions, on apprécie ces élus qui ne se croient pas au-dessus de leurs concitoyens.

Le premier ministre et la serpillière

Ça sonne comme le titre d’une fable pour enfants qui ferait surtout plaisir aux adultes. Il y a quelques semaines, Mark Rutte, Premier Ministre des Pays-Bas, est filmé à l’entrée du Parlement. Café à la main, dossiers sous le bras, badge dans la poche… Il n’en faut pas plus pour que la tasse de café atterrisse sur le carrelage. Bien sûr, un Premier Ministre a d’autres responsabilités que celle de nettoyer ce genre d’accident. Cela n’a pas empêché Mark Rutte d’attraper le balai-serpillière d’une femme de ménage, puis de réparer les dégâts sous ses encouragements (pour preuve, la vidéo est ici).

Des clichés pas si rares

Cet instant de complicité entre dirigeant et citoyens "normaux" ferait sourire n’importe quel démocrate. La vidéo rappelle d’ailleurs une autre photo largement partagée sur les réseaux sociaux. On y voit le président des États-Unis Barack Obama faire un "check" à un agent de maintenance de la Maison Blanche.



Les grands moments de divertissement sont une autre occasion pour nos élus de réaffirmer leur proximité avec les citoyens. Ainsi, la présidente croate Kolinda Grabar-Kitarovic a récemment fait une apparition remarquée lors de la Coupe du Monde de Football. Elle s’y est rendue en vol charter, avec d’autres supporters, pour arborer une tenue éclatante aux couleurs du drapeau croate. L’enthousiasme de la présidente est évident. Il sert de pierre de touche à la cohésion de l’identité nationale, notamment face à la Russie.

L’art de la classe décontractée

Moments de spontanéité capturés au hasard, ou plans de communication soigneusement orchestrés ? D’autres régimes politiques préfèrent mettre en scène leurs dirigeants dans des cadres grandioses. Mais ce type d’anecdotes rencontrent un franc succès dans les démocraties européennes. Aux yeux du public, elles en disent plus long qu’un grand discours. Elles semblent dévoiler la "vraie" personnalité des candidats à la (ré)élection.

Tout le monde ne gagne d’ailleurs pas au jeu de la sincérité. La première dame américaine Melania Trump a ainsi récemment raté sa visite dans un camp de migrants. Sa veste, qui portait l’inscription « I Really Don’t Care, Do U ? » (« Je n’en ai rien à faire, et vous ? »), démentait ses bonnes intentions affichées.

Dignes mais accessibles, populaires sans être populistes : les politiciens travaillent plus que jamais leur personal branding. Et les "anecdotes" deviennent, dans leurs mains, les nouvelles "petites phrases" de la politique.

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Magazines de société

Abonnement L'EXPRESS
Abonnement MON QUOTIDIEN
Abonnement PARIS MATCH
Abonnement LE MONDE DES ADOS
Abonnement LES DOSSIERS DE L'ACTUALITE
Abonnement L'ACTU