Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Le mystère de ces graines chinoises qui inquiètent les autorités

Des particuliers reçoivent, depuis quelques semaines, des graines en provenance de Chine, sans les avoir commandées. Le ministère de l'Agriculture prévient via un communiqué : ne les semez pas !

Le 20 août 2020, le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation a publié un communiqué évoquant l'envoi de semences en provenance de Chine et d'autres pays asiatiques, à des particuliers ne les ayant pas commandées. Si au départ, les cas n'étaient répertoriés qu'en Amérique du Nord et au Canada, des personnes en France, en Angleterre ou en Israël ont également signalé le phénomène.

Il est facile de céder à la psychose, surtout en ces temps de virus, et le gouvernement a préféré prendre les devants en demandant aux destinataires de ces colis suspects de ne pas planter les graines contenues dans les sachets trouvés dans leur boîte aux lettres. Sur certains sites complotistes, "une guerre écologique" ou "une attaque biologique" ont même été évoquées. Mais peu à peu, le voile s'est levé sur ces envois mystérieux et il ne s'agit en réalité… que d'une arnaque aux commentaires sur les boutiques en ligne !

Après analyse, les spécialistes ont constaté que les graines n'étaient pas dangereuses, puisqu'il s'agissait principalement de semences de chou, de moutarde ou d'hibiscus, ce qui a conduit à penser à ce qu'on appelle, dans le jargon de la vente en ligne, du brushing.

Cette technique consiste à envoyer un colis avec des marchandises de faibles valeurs, à une adresse réelle afin que la livraison soit validée. Le vendeur peut ainsi confirmer que la vente a été faite et il va lui-même laisser un commentaire sur sa propre page, afin de booster artificiellement ses notes sur Amazon ou Alibaba, pour ne citer que les plateformes les plus célèbres. C'est une pratique courante, qui fausse les avis sur les sites de e-commerce mais qui permet à ceux qui la pratiquent d'augmenter leurs revenus substantiellement.

Si vous vous demandez comment ces vendeurs peu scrupuleux obtiennent les adresses des particuliers français, et bien c'est assez simple : soit ils piochent au hasard dans un répertoire d'adresses, soit ils se fournissent auprès de hackers qui piratent les bases de données de services en ligne.

Si vous recevez ce type de colis non sollicités, vous pouvez le signaler à l'adresse bnevp.dgal@agriculture.gouv.fr, en joignant une photo de sa contenance et de l'emballage ou encore des bordereaux du paquet.

Publié le 02 septembre 2020

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !