Antipub détecté

Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Un étudiant fabrique des prothèses en Lego pour handicapés

Alors que les prothèses sont généralement des dispositifs lourds et envahissants, un jeune étudiant d'Andorre en crée à partir de Lego. Des prothèses fonctionnelles qui ont déjà fait le bonheur d'un petit garçon.

David n'a jamais été un garçon comme les autres. Il est né sans avant-bras droit et avec un embryon de main accroché à son coude. Dès ses 5 ans, il a pris l'habitude de se réfugier dans les boîtes de Lego que ses parents lui offraient pour oublier les méchancetés dont il faisait hélas l'objet. Et puis un jour, il a eu un déclic : et s'il utilisait ses pièces de Lego qu'il affectionne tant pour se fabriquer l'avant-bras et la main qui lui manquent ? C'est ainsi qu'il fabriqua sa première prothèse à l'âge de 9 ans.

Cette première création, même si elle était inventive, n'avait rien de vraiment extraordinaire. Elle était simplement maintenue à son bras par du scotch et par un cordon qui venait s'enrouler autour de son cou. Elle était aussi dotée d'une pince rudimentaire, mais fonctionnelle, qui faisait la fierté du petit garçon.

À 18 ans, David utilisa un kit Lego d'hélicoptère pour se fabriquer la MK-I, une prothèse assez solide pour lui permettre de faire des pompes. Cela lui a demandé 5 jours de travail et lui a fait gagner le record Guinness de la première prothèse fonctionnelle entièrement faite en Lego. Suivirent par la suite la MK-II, équipée d'un moteur électrique actionnable de sa main valide pour agripper plus fermement les choses ; la MK-III, également muni d'un moteur, mais cette fois-ci contrôlable directement par son bras droit ; et enfin la MK-IV, la première de ses prothèses à être équipée de doigts. David en est aujourd'hui à la MK-V, une évolution dotée de 3 moteurs, d'un capteur de force et d'un contrôleur qui les gère de façon à ce que l'étudiant puisse opérer sa prothèse sans fournir d'efforts.

Depuis le début de son aventure, David souhaitait inspirer et aider les autres personnes souffrant comme lui d'un handicap. Voilà pourquoi il a documenté ses créations sur YouTube, mais aussi pourquoi il s'est orienté vers des études de bio-engineering. Grâce à cela, il a pu aider un petit garçon de 8 ans prénommé "Beknur", né sans bras et pour qui il a construit une petite prothèse actionnable avec les orteils. Un "bricolage" de 15 euros qui a fait s'afficher un énorme sourire sur le visage de l'enfant en lui permettant de jouer à la balle pour la première fois.

Publié le 08 novembre 2021

A lire ailleurs