Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Fiche métier : Acousticien

En quoi cela consiste ?

Voitures, klaxons, climatisation, télévision, radio, autant de sources de bruit qui polluent l'atmosphère sonore au quotidien, surtout dans les grandes villes. L'acousticien est un expert à qui on fait appel pour réduire au maximum l'impact de ces bruits sur notre confort.

Pour ce faire, il commence par établir un diagnostic des pollutions sonores, ensuite il les classe selon leur origine (circulation, trafic aérien, foule dans la rue, etc.) et en mesure l'intensité. Enfin, il propose des solutions pour les réduire ou les supprimer (isolation des locaux, murs de protection, etc.). Ces solutions doivent par ailleurs tenir compte des contraintes réglementaires, écologiques et budgétaires.

Une autre facette du métier d'acousticien consiste à participer à la construction d’infrastructures bruyantes (salles de spectacle, auditoriums, etc.) afin de s'assurer que le son se propage bien dans toute la salle.


Diplômes requis

Le métier est accessible au niveau bac+3 mais il est conseillé d'avoir un master. Il existe diverses formations permettant d'exercer ce métier :
- licence pro électro-acoustique et acoustique environnementale
- licence pro en vibrations acoustiques
- licence en physique et en électronique
- master pro ingénierie mécanique et acoustique
- master professionnel sciences de l'environnement qualité de l'air et lutte contre le bruit
- master mécanique physique spécialité acoustique


Domaines ou qualités à travailler

Une bonne base en physique et en mathématiques est nécessaire. L'anglais également s'avère de plus en plus indispensable car il faut sans cesse se former aux nouvelles technologies qui sont généralement documentées en anglais.

L'acousticien doit disposer d'un esprit de synthèse et d'analyse afin d'interpréter la multitude des résultats de ses analyses et proposer les solutions adéquates. Il doit aussi savoir communiquer et convaincre pour que ses propositions soient comprises et adoptées par le client.

Rencontre avec...

Karin Le Tyrant, acousticienne du bâtiment

Comment vous est venue l'envie de faire ce métier ?
Je suis acousticienne spécialisée en acoustique du bâtiment. Je conçois avec les architectes les bâtiments pour que les voisins ne se dérangent pas, que tout le monde entende bien dans une salle de concert… Petite, je faisais beaucoup de musique et j’adorais cela. A l’adolescence, je me suis dit que je ne voulais pas être concertiste, cela ne correspondait pas à mon caractère. J’étais bonne en maths et en physique et j’ai trouvé ce métier qui me permettait d’allier sons et sciences.

Quel a été votre parcours pour y arriver ?
Le sésame pour faire de l’acoustique, ce sont les maths et surtout la physique. J’ai passé un bac scientifique puis j’ai fait une fac de physique. La faculté du Mans s’est imposée comme celle qui répondait le plus à mes attentes : elle assurait une formation d’acoustique physique pointue avec des options d’acoustique des salles, musicale et électro-acoustique. Dès la licence, j’ai quitté ma Bretagne natale pour rejoindre Le Mans et me donner toutes les chances d'intégrer le DEA d’Acoustique Appliquée. J’ai fait 2 stages très importants au cours de ma formation et un séjour de 6 mois en Chine, qui m’ont permis de trouver mon premier poste puis de créer mon entreprise.

Qu'est-ce qui vous plaît le plus dans votre profession ?
J’adore plein de choses très diverses : les réunions de "brainstorming" avec les architectes au tout début d’un projet, l’analyse des plans, les calculs techniques, la présentation au client au cours de réunions, l’échange avec les utilisateurs et bien sûr, l’écoute du résultat.

Quels sont en revanche ses inconvénients ?
Les acousticiens travaillent souvent la nuit, quand le niveau sonore dans l’environnement est le plus bas.

Y a-t-il encore des débouchés dans ce secteur d'activité ?
Le confort de l’humain est au centre des préoccupations des pouvoirs publics et des entreprises. La gestion du bruit, son contrôle et la création d’ambiances sonores sont en plein développement. En France, les lois relatives à l’acoustique se multiplient et notre profession est l’une des rares en pleine expansion !

Son site internet : www.aida-acoustique.com

Découvrez d'autres métiers :

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Magazines études et emplois

Abonnement CAHIERS DE LA PUERICULTRICE
Abonnement METIERS DE LA PETITE ENFANCE
Abonnement COURRIER CADRES
Abonnement ENTREPRENDRE
Abonnement L'ÉTUDIANT