Antipub détecté

Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Une ville de Nouvelle-Zélande licencie son sorcier officiel

The Wizard of New Zealand, le sorcier de la ville néo-zélandaise de Christchurch, vient de perdre son travail après 23 ans de service.

Christchurch est la troisième plus grande ville de la Nouvelle-Zélande. Elle est connue pour plusieurs choses, comme son superbe jardin botanique ou encore son architecture où des bâtisses traditionnelles côtoient des bâtiments ultra modernes. Et puis il y a aussi Ian Brackenbury Channell, 88 ans, le sorcier officiel de la ville.

Arrivé à Christchurch en 1972, Ian a commencé sa carrière en haranguant les foules en tenue de magicien, perché sur un escabeau. Les forces de l'ordre l'ont une fois chassé de la place où il avait coutume de se mettre, mais c'était compter sans sa popularité. Il était devenu si apprécié qu'ils ont été forcés de lui demander de revenir.

Petit à petit, le drôle d'énergumène - tout même diplômé en psychologie et en sociologie - a fini par faire partie du paysage de Christchurch, intégrant jusqu'aux guides touristiques de la ville. Désormais une célébrité, Ian a fini par être embauché par la municipalité en 1998 et a alors pris le nom de "The Wizard of New Zealand" (le Sorcier de Nouvelle-Zélande, en français).

Tout droit sorti d'un livre de Harry Potter avec sa barbe grise, ses cheveux longs et son chapeau pointu sur la tête, le voici donc qui déambule dans la ville avec son bâton de sorcier. Sur son contrat de travail, il est écrit qu'on attend de lui des "actes de sorcellerie et autres services assimilés". Aussi se plie-t-il aux obligations de sa fonction, se lançant, ici dans une danse de la pluie, là dans le lancement de sorts destinés à aider l'équipe locale de rugby dans ses matchs. Le plus souvent néanmoins, il échange avec verve avec les passants au point d'être devenu une attraction touristique à lui tout seul.

Seulement voilà, toutes les bonnes choses ont une fin. Selon l'administration de la ville, le sorcier ne correspond plus à l'image moderne qu'elle veut donner de la cité et elle l'a donc licencié. Ian, lui, fulmine : "Ce n'est qu'une bande de bureaucrates dépourvus d'imagination", lance-t-il. Rien n'y fait, la décision est irrévocable.

Ian sera encore le sorcier officiel de la Nouvelle-Zélande jusqu'à la fin du mois de décembre 2021, date au-delà de laquelle il ne sera plus rémunéré (16 000 dollars néo-zélandais par an, soit un peu moins de 10 000 euros). Le sorcier l'assure pourtant : il continuera à apparaître dans les rues comme d'habitude et tant pis s'il n'est plus payé pour.

Publié le 26 novembre 2021

A lire ailleurs