Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Peut-on boire son propre sang ?

A priori, boire son propre sang n’a pas de contre-indication particulière. Assez souvent d’ailleurs, dans un geste-réflexe, on en ingère spontanément quand on se blesse : on se coupe le pouce, hop, on le met dans la bouche pour le sucer. Le but ici n’est évidemment pas de s’en désaltérer, mais plutôt d’essayer de soigner la blessure en en arrêtant le saignement. Une chose qui, en passant et on l’a tous remarqué, ne marche pas.

Il y a aussi ceux qui boivent leur propre sang pour des raisons plus particulières. Il y en a qui le font parce qu’ils en tirent un certain plaisir, d’autres parce qu’ils pensent ainsi se purifier, et d’autres encore parce qu’ils pensent pouvoir s’en nourrir. Dans tous les cas, même si ces pratiques restent discutables, elles ne représentent aucun danger sauf si on a la mauvaise idée de se prélever trop de sang et/ou trop souvent. A ce moment-là, on risque tout simplement l’anémie : les organes manquent d’oxygène, car il n’y a plus assez de sang pour le distribuer correctement dans le corps.

Publié le 30 juillet 2020

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Cherchez une réponse :


Vous n'avez pas trouvé de réponse ?

Posez votre question