Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Une start-up japonaise fait décoller sa première voiture volante

Synonyme de futur pour beaucoup d'entre nous, la voiture volante n'est plus un fantasme, comme le démontre le premier test réussi mené au pays du soleil levant.

Elle se nomme SD-03, en rapport avec la start-up Skydrive qui l'a conçue, et elle a réussi son premier vol d'essai public le 25 août 2020. Elle ? C'est la première voiture volante nippone, qui pourrait survoler les villes du pays dès 2023. On sait que le voisin coréen avance également sur ce marché, avec ses taxis volants prévus pour 2025, mais le Japon ne veut pas se laisser devancer et pourrait donc proposer ce véhicule volant dans moins de trois ans.

Cette voiture d'un genre nouveau ressemble à un gros drone, aux dimensions de deux mètres de haut, pour quatre mètres de long et de large. Au sol, cela correspond à environ deux voitures classiques. Elle est équipée de plusieurs hélices qui l'aident à s'envoler, de huit moteurs pour pallier toute situation d'urgence, et de stabilisateurs pour faciliter le décollage et l'atterrissage à la verticale, ce qui permettrait à son pilote de manœuvrer aisément même dans un espace restreint comme peuvent l'être certaines zones urbaines.

Durant la démonstration, le pilote a fait décoller cet aéronef à environ deux mètres au-dessus du sol et il l'a dirigé pendant plus de quatre minutes. Une première au Japon, dont se réjouit le PDG de la start-up, Tomohiro Fukuzawa, qui aimerait que son véhicule volant aide à désengorger les axes de circulation majeurs des grandes villes japonaises comme Tokyo ou Osaka.

SkyDrive est soutenue par Toyota, qui a d'ailleurs prêté son Toyota Test Field à l'entreprise pour lui permettre d'essayer en conditions réelles sa nouvelle machine. D'autres tests sont évidemment prévus dans les mois à venir, afin que le véhicule obtienne au plus vite toutes les certifications nécessaires à son développement à plus grande échelle.

Si certains s'imaginent déjà slalomer au-dessus des routes à bord de cette voiture volante, sachez qu'il faudra certainement patienter au moins jusqu'en 2028 pour voir débarquer une version 100 % automatisée de l'engin. Celle-ci, pour le moment, requiert tout de même une assistance par ordinateur qui permet de garantir la sécurité du pilote. Mais en tant que taxi d'un genre nouveau, elle semble fonctionnelle et les trois prochaines années devraient être passionnantes pour celles et ceux qui s'impatientent de voir des voitures dans le ciel.

Voici la vidéo du test effectué au Japon :

Publié le 07 septembre 2020

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !