Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Des taxis volants dans le ciel de Corée en 2025

Pour désembouteiller ses grandes villes, la Corée du Sud fait le pari de la mobilité aérienne urbaine et annonce vouloir lancer des taxis volants autonomes et pleinement opérationnels pour 2025.

Un taxi volant, ou taxi-drone, est un véhicule aérien permettant de se déplacer dans les airs nettement plus facilement qu'en hélicoptère. Sur le papier, il est doté d'un système de pilotage automatique et, généralement, il est entièrement électrique. Grâce à de puissantes mais silencieuses hélices, cet appareil peut embarquer plusieurs passagers à grande vitesse et ce sur une distance allant de 50 à 100 km.

Plusieurs pays sont déjà considérablement avancés dans le développement de ces véhicules du futur, cependant, tous se reposent sur des solutions développées par des entreprises étrangères. C'est une chose que ne souhaite pas faire la Corée du Sud. Pour se joindre au train du progrès, celle-ci veut en effet privilégier les compétences de ses experts civils et celles de ses entreprises technologiques.

C'est ainsi que le constructeur automobile Hyundai a dévoilé, en cette année 2020, un modèle capable de transporter 4 personnes à 290 km/h et disposant d'une autonomie de 100 kilomètres. Un appareil qui reste encore à perfectionner toutefois, si l'on en croit le carnet de route de la Corée du Sud qui prévoit également la mise en place d'un système de mobilité aérienne pérenne d'ici 2023.

A en croire toujours ce même carnet de route, les Sud-coréens pensent pouvoir lancer un test grandeur nature de leurs taxis volants dans les grandes villes d'Incheon et de Séoul, leur capitale, dès 2024. Quant au déploiement effectif de ce système dans tout le pays, il est prévu se faire l'année suivante, c'est-à-dire 2025. Dans un premier temps, les appareils seront pilotés par un humain, mais très vite, ils devraient évoluer en véritables taxis-drones totalement autonomes.

Le projet est gigantesque, mais la Corée du Sud a les moyens de ses ambitions. Surtout qu'au-delà de libérer la circulation, l'objectif est de réduire non seulement la pollution sonore dans les villes, mais aussi les émissions de gaz polluants pour diminuer l'empreinte carbone du pays. D'ailleurs, il y a fort à parier que dans un futur proche, tout comme la Corée, d'autres pays emprunteront le chemin de la mobilité aérienne pour les mêmes raisons.

Publié le 19 juin 2020

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !