Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Le saïmiri

Espèce non menacée

Description physique

Le saïmiri est un petit singe svelte et gracile. Le saïmiri commun a un pelage court et dense, gris à vert olive, parsemé de teintes dorées et noires. Ses yeux sont entourés d’un masque de poils blanc. Sa petite tête ronde et son museau ont des poils de couleur noire. Il a de petites oreilles décollées, une longue queue verdâtre, non préhensile (sauf chez le jeune saïmiri), de 30 à 42 cm, avec le bout noir. Ses pattes postérieures sont plus grandes que celles de devant.

Le mâle, un peu plus massif que la femelle, se distingue de celle-ci essentiellement par des canines supérieures plus longues.

Il existe 5 espèces de saïmiri dont la taille et le poids sont très variables : le plus petit, le saïmiri commun, mesure 60 cm et pèse 270 g, tandis que le plus grand, le saïmiri à dos doré, mesure 72 cm pour un poids pouvant atteindre 730 g.

Son lieu de vie

Selon l’espèce, on peut trouver le saïmiri dans les forêts fluviales secondaires, jusqu’à 2 000 mètres d’altitude, du nord-ouest de l’Amérique centrale, dans le sud de l’île de Costa Rica, et en Amérique du Sud (Guyane, Brésil), dans le bassin amazonien. Il vit surtout dans les arbres, rarement à terre.

Son alimentation

Le saïmiri se nourrit de petits rongeurs, de toutes sortes de végétaux (baies, bourgeons, fleurs, noix, fruits…), ainsi que d’invertébrés tels que cafards et araignées.

Sa reproduction

Le saïmiri est polygame. Il se reproduit surtout pendant la période de l’année où il y a une abondance de fruits. La période des naissances s’étend généralement de février à avril. La saison des amours, qui précède la période des naissances, dure 3 mois environ (de septembre à novembre). Le mâle grossit pendant la période de reproduction : plus il est gros, plus il a des chances de s’accoupler avec un grand nombre de femelles.

Après une période de gestation de 5 à 6 mois, la femelle donne naissance à un seul petit pesant déjà 100 g et pouvant attraper des proies dès l’âge de 3 mois. Il sera sevré à 6 mois et atteindra sa maturité sexuelle à l’âge de 3 ans environ.

Son espérance de vie

Le saïmiri a une espérance de vie de 15 ans dans son milieu naturel mais il peut vivre jusqu’à 30 ans en captivité.

Le cri du saïmiri

Les saïmiris communiquent entre eux à l’aide d’une grande variété de cris composés, par exemple, de gémissements pour exprimer une protestation, gazouillis pour exprimer un contact, jappements et miaulements comme cris d’alarme, pépiements pour une soumission.

Signes particuliers

Le saïmiri, appelé aussi "singe-écureuil", vit en troupe composée de 30 à 60 membres. Ce sont les femelles qui dirigent la troupe. Des guetteurs se chargent de la sécurité du groupe en poussant des cris aigus en cas de danger (présence de prédateurs). En fait, les mâles adultes vivent ensemble à l’écart des femelles et de leurs petits. Ils ne se rapprochent des femelles que pendant la saison de reproduction où ils deviennent extrêmement agressifs les uns envers les autres.

Le saïmiri utilise sa longue queue pour se protéger du froid en l’entourant autour de son corps. Il marque son territoire en urinant sur ses pieds et ses mains.

Statut de préservation

Comme la majorité des singes, le saïmiri est menacé par la réduction de son habitat, provoquée surtout par la déforestation. Cependant, selon l’UICN, le statut de conservation du saïmiri commun (Saimiri sciureus) et du saïmiri de Bolivie (Saimiri boliviensis) est LC (préoccupation mineure). Le statut de préservation du saïmiri à dos doré (Saimiri ustus) est NT (quasi menacé), tandis que celui du saïmiri à dos roux (Saimiri oerstedii) et du saïmiri noir (Saimiri vanzolinii) est VU (vulnérable).

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !