Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Qui a inventé la médecine ?

Selon diverses découvertes, l’histoire de la médecine remonterait à bien des siècles et ce, même avant Jésus-Christ.

La médecine, dont le mot provient du terme latin medicus, qui signifie "qui guérit", est la science et l’art qui étudie l’organisation du corps humain et son fonctionnement normal. Il cherche aussi à redonner la santé à une personne par le traitement et la prévention.

Les diagnostics de la médecine contemporaine sont tirés des résultats obtenus dans les recherches médicales et technologiques biomédicales. C'est ainsi que les médecins peuvent savoir quels médicaments donner à un malade pour qu'il guérisse vite. Il existe aussi des solutions chimiques qui aident les gens très malades à avoir moins mal comme dans le cas du cancer par exemple.

L’histoire de la médecine
Déjà, au troisième millénaire avant Jésus-Christ, diverses pratiques médicales étaient utilisées en Mésopotamie et en Égypte. La médecine "moderne" a réellement été fondée par les Grecs.
Le premier savant grec connu avant tout pour ses travaux en médecine est probablement Hippocrate. Il est traditionnellement reconnu comme l'auteur du serment qui porte son nom et son œuvre est au programme des études de médecine jusqu'au 18ème siècle. On attribue souvent à Hippocrate l'origine de la médecine en Occident (une médecine dissociée de la magie). Mais bien avant lui et dès le 6ème siècle avant J-C, des savants ou philosophes naturalistes poseront les bases de la médecine des siècles à venir.

Hippocrate, père de la médecine moderne ?
Hippocrate naît vers 460 avant J-C dans l'île de Cos en Asie Mineure. Il tenait selon la tradition ses consultations sous un platane. Hippocrate met en avant l'intérêt capital de l'interrogatoire et de l'examen du malade. Il pratique la chirurgie (traitement des plaies et des fractures), les cautères, les saignées, les purgatifs et les vomitifs, et utilise une pharmacopée (des médicaments) mêlant matières minérales, végétales et animales.

Sa médecine est basée sur les mêmes principes que ceux des philosophes naturalistes : quatre éléments fondamentaux entrent dans la composition du corps humain (le feu, l'eau, la terre et l'air) auxquels se rattachent quatre caractères (le chaud, le froid, le sec et l'humide) et quatre humeurs (le sang, la lymphe ou phlegme, la bile jaune et la bile noire ou l'atrabile).

Le serment d’Hippocrate
Le serment d’Hippocrate est un serment prêté par les médecins en Occident avant de commencer à exercer la médecine. Ce serment instaure la confraternité entre médecins, l'égalité des hommes devant la maladie, la défense de la vie avant tout et le respect du secret médical.

Le serment d'Hippocrate peut être considéré comme le principe de base de la déontologie médicale. Il fixe un cadre éthique à l'intervention du médecin. Il a également pour fonction de marquer le passage du statut d'étudiant (d'interne) à celui de médecin proprement dit. En ce sens, on peut aussi considérer son énonciation comme un rite de passage.

2 commentaires

Jacques Vanessa (le 20/02/2014)

Je suis satisfaite de la réponse, que j'ai trouvé à ma question!

Christian (le 12/01/2014)

C'est super j'ai adoré, je suis content d'avoir une bonne réponse a ma demande merci.

Vous aussi, laissez votre avis !

Cherchez une réponse :

Vous n'avez pas trouvé de réponse ?

Magazines de connaissances

Abonnement ARKEO JUNIOR
Abonnement COSINUS
Abonnement SO FILM
Abonnement SCIENCE MAGAZINE
Abonnement TECHNIKART
Abonnement JE PEINS