Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Quelles chenilles sont comestibles pour l'homme ?

Il existe beaucoup de chenilles comestibles, surtout en Afrique, puis sur le continent américain, asiatique et même européen. La plus connue est très certainement la chenille du Bombyx du mûrier, le ver à soie, qui est élevé tant en France qu’en Inde ou en Chine. Ces élevages ont surtout pour but de produire de la soie, certes, mais il n’en reste pas moins que le ver à soie a la réputation d’être délicieux et qu’il est consommé dans de nombreux pays.

En Afrique, tous pays confondus, citons aussi la grosse chenille noire à tête orange de l’Imbrasia oyemensis, celle plus mince et rouge vif de l’Imbrasia obscura, et le ver mopane qui y est particulièrement apprécié (chenille du Gonimbrasia belina). La grosse chenille blanche du Bombyx du palmier est également un mets de choix dans plusieurs pays africains, de même que celle du Cirina forda et du Bunaeopsis aurantiaca.

En Amérique Centrale, on préfère volontiers la chenille rouge du Comadia redtenbacheri à la viande (chenille d’agave). Au Mexique plus particulièrement, on aime savourer la chenille blanche de l’Aegiale hesperialis dans des tapas ou des tacos. Ces deux types de chenilles sont plus connues sous le nom de “gusanos de maguey” (vers du maguey).

En Asie enfin, on apprécie surtout la chenille de l’Omphisa fuscidentalis, plus connue sous le nom de ver de bambou.

Publié le 08 juillet 2020

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Cherchez une réponse :

Vous n'avez pas trouvé de réponse ?