Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

Fiche métier : Photographe

En quoi cela consiste ?

Le photographe prend des photos lors de moments précis (anniversaires, mariages...), pour couvrir un événement particulier (présentation d'entreprise, manifestation sportive...) ou encore à des fins artistiques, en prenant par exemple un sujet en photo (personne, animal, édifice...). On distingue ainsi divers types de photographes selon le sujet photographié : photographe de presse, photographe de portrait, photographe publicitaire, photographe de mode, photographe médical. Certains photographes ont complètement dédié leur métier à leur passion et se spécialisent dans les paysages, les voitures, les animaux...

Diplômes requis

Pour exercer le métier de photographe, les bacs STI2D, ES, L, S ou STL sont recommandés. Il existe un bac professionnel en photographie pouvant être obtenu 3 ans après la classe de 3ème. Le BTS en photographie est quant à lui ouvert aux titulaires d’un bac toutes options et sera obtenu après deux ans d'études. Si l’on désire approfondir la matière, il existe plusieurs écoles supérieures spécialisées reconnues qui offrent des formations allant jusqu’au master 2 (comme l'École nationale supérieure de la photographie d'Arles).

Domaines ou qualités à travailler

Pour être photographe, il faut travailler l’optique, la chimie et la physique. Avec la prédominance du numérique dans la photographie, l’informatique et les techniques de l’image sont aussi à maîtriser. Mais au-delà des compétences techniques, c’est la créativité et le sens de l'esthétique qui va faire la différence.

Rencontre avec...

David Latour, photographe indépendant

Comment vous est venue l'envie de faire ce métier ?
Dans un premier temps, c’est mon père qui m’a donné le virus de la photo avec un vieil appareil photo Zenith. J’ai donc appris très rapidement les rudiments de la photographie et j’ai toujours eu un boîtier près de moi. Mais ayant aussi un gros penchant pour les métiers du son, j’ai obtenu un BTS audiovisuel option son et j'ai quitté mon sud natal pour trouver du travail à Paris. Mes premières amours sont finalement revenues à la charge et je me suis rendu compte que je passais mon temps à faire des photos au lieu de passer des entretiens pour trouver un poste d’ingénieur du son. L’engrenage était lancé et je ne pouvais plus revenir en arrière, la photo m’avait choisie !

Quel a été votre parcours pour y arriver ?
Ayant eu un BTS audiovisuel, j’avais déjà de bonnes bases en terme de techniques de pries de vues mais j’ai tout de même suivi une formation professionnelle de photographie pendant 1 an à Nîmes. Je me suis notamment perfectionné dans les techniques de studio et cela a été aussi très utile concernant la gestion du métier (comment vendre ses images, quel statut choisir, vers quel style s’orienter...).
Comme pour devenir restaurateur, pas besoin de diplôme pour devenir photographe et pour s’installer à son compte. Mais mieux vaut avoir de solides bases techniques et un réel sens artistique avant de se lancer sinon toute tentative sera vouée à l’échec.

Qu'est-ce qui vous plaît le plus dans votre profession ?
La diversité, sans hésitation, et les rencontres ! On ne s’ennuie jamais. Par exemple, lorsque je travaillais en tant que photographe de presse, il m’est arrivé de faire dans la même journée le portrait d’un acteur, un reportage sur un porte avion, des photos de courses de voitures, pour enfin finir avec un concert !
En tant qu’indépendant, je peux maintenant choisir mes sujets de reportage et je commence aussi à me spécialiser dans le mariage. Et travailler seul en étant son propre patron, ça n’a pas de prix !

Quels sont en revanche ses inconvénients ?
Lorsque l’on commence ce métier, il y a une chose que l’on oublie vite : le travail au bureau ! Et oui, photographe c’est 30% du temps en prises de vues, 70% du temps devant son ordinateur (éditing, retouche, paperasse, emailing...). Mieux vaut donc vraiment en profiter lorsque l’on est en reportage.
Il y a aussi deux autres inconvénients : le prix du matériel (le bon matériel se paie très cher) et la difficulté du marché (on ne sait jamais de quoi sera fait le lendemain).

Y a-t-il encore des débouchés dans ce secteur d'activité ?
Il y a encore des débouchés, mais pas dans tous les domaines de la photographie. Le mariage ne connaît pas trop la crise et certains photographes s’en tirent très bien. Mais attention, on ne s’improvise pas photographe et nombre de personnes s’installent à leur compte sous prétexte qu’ils ont acheté un beau boîtier et que leur entourage n’ose pas donner un avis objectif sur leur travail. Au final, ces gens cassent les prix, leur travail est tout simplement honteux et l'image du métier de photographe en prend un coup.
Une chose est sûre, si l’on a du talent, il ne faut jamais se décourager, que ce soit dans la presse, dans la mode, dans l’institutionnel ou dans le mariage, le travail bien fait et surtout fait avec passion finit toujours par payer.

Son site internet : www.ldavidphoto.com

Découvrez d'autres métiers :

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Magazines études et emplois

Abonnement COURRIER CADRES
Abonnement MANAGEMENT
Abonnement L'ÉTUDIANT
Abonnement METIERS DE LA PETITE ENFANCE
Abonnement SCIENCES HUMAINES