Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Fiche métier : Chef d'orchestre

En quoi cela consiste ?

Le chef d’orchestre, appelé aussi "Maestro", dirige et coordonne les musiciens qui composent un orchestre. Il peut s'agit d'un orchestre symphonique, philharmonique, de jazz ou même une fanfare. Il harmonise et donne de la cohérence à toutes les sonorités émises par les différents instrumentistes, grâce aux gestes qu’il effectue avec sa baguette.


Diplômes requis

Un chef d’orchestre maîtrise au moins un instrument de musique, ainsi que le solfège et toutes les notes d’un piano. Il apprend la musique dans les classes de conservatoires. Il faut ensuite soumettre sa candidature à des établissements de prestige comme l’École Normale de Paris, ou encore le Conservatoire Supérieur de Paris. Une fois admis, il faut décrocher un diplôme des classes de direction.


Domaines ou qualités à travailler

La musique, l’histoire, le français, l'anglais. Un bon chef d’orchestre est un passionné de musique, il possède à ce titre une grande culture et une oreille musicale. Il sait faire preuve d’une grande discipline. Très patient, il a le sens de l’autorité et de l'organisation. Le chef d'orchestre offre en outre une présentation irréprochable.

Rencontre avec...

Arie van Beek, chef d'orchestre

Comment vous est venue l'envie de faire ce métier ?
C'était très naturel : mon père était chef d'orchestres de fanfares et d'harmonies. Il m'est arrivé de le remplacer alors que j'étais encore très jeune, vers 12 ou 13 ans. Pendant mes études de percussion au conservatoire supérieur de Rotterdam, j'ai commencé à diriger les ensembles de percussion (Ohana, Varèse, Chavez etc.). J'étais percussionniste dans l'orchestre philharmonique de la radio aux Pays-Bas lorsque j'ai décidé de devenir chef d'orchestre.

Quel a été votre parcours pour y arriver ?
Avant mes études pour devenir chef d'orchestre, je dirigeais déjà souvent : des harmonies, des ensembles de percussion etc. Pendant la période où je travaillais à la radio, j'ai commencé des études de chef d'orchestre chez deux professeurs : Edo de Waart et David Porcelijn.

Qu'est-ce qui vous plaît le plus dans votre profession ?
Tous les aspects du métier de chef d'orchestre donnent beaucoup de satisfaction : les répétitions, les concerts, mais aussi le travail à la maison, lorsqu'on apprend les partitions.

Quels sont en revanche ses inconvénients ?
Les voyages. Je suis directeur musical de l'orchestre de Picardie à Amiens. Parallèlement, je dirige plusieurs autres orchestres comme chef invité en France et à l'étranger. Je fais souvent les déplacements en voiture et ça fatigue.

Y a-t-il encore des débouchés dans ce secteur d'activité ?
Il y aura toujours du travail tant qu'il y aura des orchestres. Pour ma part, dans les six prochains mois, je dois diriger 8 orchestres pour 40 concerts dans 6 pays différents !

Son site internet : www.arievanbeek.net

Découvrez d'autres métiers :

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Magazines études et emplois

Abonnement COURRIER CADRES
Abonnement METIERS DE LA PETITE ENFANCE
Abonnement L'ÉTUDIANT
Abonnement CAHIERS DE LA PUERICULTRICE
Abonnement ENTREPRENDRE