Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Va-t-on supprimer les Like des réseaux sociaux ?

Une révolution est en marche : les réseaux sociaux réfléchissent sérieusement à la disparition des Like. Facebook, Twitter et Instagram resteront-ils les mêmes sans le nombre de mentions "J’aime" en dessous des publications ? Nous le saurons sûrement bien assez tôt !

Ils étaient là depuis le début. Pour certains, ils ne sont qu’un nombre comme un autre, mais pour d’autres, ils sont une obsession permanente. Ils, ce sont les "like", jusqu’ici symbole absolu des réseaux sociaux, mais aujourd’hui menacés de disparition.

Instagram, pionnier dans la suppression des Like

Instagram est le premier réseau social à avoir sauté le pas. En effet, le réseau social a décidé de ne plus afficher publiquement le nombre de Like. Désormais, seul le titulaire d’un compte peut donc savoir combien de "J’aime" ses vidéos et ses photos ont pu récolter.

Depuis novembre 2019, cette nouvelle règle impacte petit à petit tous les utilisateurs. Un test à l’échelle mondiale qui fait suite à plusieurs expérimentations qui ont d’abord eu lieu au Canada, puis dans 6 autres pays (Japon, Australie, Nouvelle-Zélande, Brésil, Italie et Irlande).

Depuis, de nombreuses autres plate-formes songent à prendre exemple sur Instagram : Twitter, YouTube et même Facebook, qui possède Instagram et qui teste actuellement en Australie le masquage du compteur de Like.

Mais pourquoi faire disparaître les Like ?

Instagram est le réseau social le plus populaire chez les jeunes. On y partage de belles photos ou vidéos, et les abonnés peuvent marquer les publications qu’ils aiment en cliquant sur Like. Quoi de plus normal. Mais cela a fini par donner lieu à une dictature : on ne poste plus que dans le but d’avoir le maximum de "J’aime" et il arrive même que les posts soient supprimés s’ils n’en récoltent pas assez.

Pour Instagram, cela va à l’encontre du but premier du réseau social qui est le partage et non la compétition. D’ailleurs, l’application a aujourd’hui mauvaise presse à cause de la course à la perfection que cela provoque : photos truquées, expressions de bonheur contrefaites... La recherche de reconnaissance et d’attention qu’induisent les Like engendre une forte pression psychologique qui menace les plus fragiles. Au Royaume-Uni, une étude a même élu Instagram "pire réseau social pour la santé mentale des jeunes".

Ensuite, il y a l’addiction que provoquent les Like : l’adolescent, le cœur serré, attend les mentions "J’aime" et quand ils sont là, son cerveau les voit comme une récompense. Il sécrète alors de la dopamine, une molécule qui provoque la sensation de plaisir. Or, ce mécanisme va renforcer chez lui la recherche compulsive de Like (pour ressentir toujours plus de plaisir) et provoquer l’envie à la vue du nombre de Like des autres. Encore une fois, cela met en danger l’équilibre des plus vulnérables et conduit à une détresse mentale, voire à la dépression.

Évidemment, ces constats ne s’appliquent pas uniquement à Insta. Tous les réseaux sociaux intégrant un système de Like, de vote ou encore de pouces sont concernés.

Une disparition aux conséquences multiples

La plus évidente conséquence de cette disparition serait bien-sûr la fin de la "dictature du like". Il y aurait moins d’enjeux au quotidien et les utilisateurs seraient libérés de la pression, qui consiste à toujours se faire bien voir pour engendrer des Like. L’ego aurait alors moins de place sur les réseaux sociaux et l’on posterait non plus pour se flatter et attirer les Like, mais pour partager quelque chose de réel. Les échanges s’amélioreraient alors en devenant plus naturels et authentiques.

Dans la foulée, si le contenu d’une plate-forme s’améliore, elle attire plus d’utilisateurs. Cacher les Like serait donc bénéfique aux réseaux qui peuvent en plus s’attendre à ce que la sincérité dont feraient preuve ses utilisateurs dans leurs publications apporte de la variété.

En effet, la course aux Like, surtout sur Instagram, a fait que les publications sont taillées à l’identique : il faut respecter certains critères précis pour attirer les suffrages. Si le score est caché, il n’est plus nécessaire de courir après l’audience, aussi les posteurs peuvent laisser parler leur créativité avec comme résultat, des messages plus variés.

Enfin, reste le problème des influenceurs, ces utilisateurs qui gagnent tellement de vues et de Like sur leurs publications qu’ils sont payés par les marques pour faire la promotion de leurs produits. C’est ainsi qu’ils gagnent leur vie et la disparition des Like ne fera sûrement pas leurs affaires : si leur "score" n’est plus visible, comment pourraient-ils prouver la qualité de leur audience et attirer les marques ? Instagram dit avoir conscience du problème et travailler déjà dessus.

Dans tous les cas, la disparition des Like est une tendance qui n’en est qu’à ses débuts. Nous verrons sans nul doute de plus en plus de réseaux sociaux masquer leurs compteurs, pour le meilleur et pour le pire.

Publié le 19 novembre 2019

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Magazines de société

Abonnement LE NOUVEL OBSERVATEUR
Abonnement LES DOSSIERS DE L'ACTUALITE
Abonnement LES INROCKUPTIBLES
Abonnement PARIS MATCH
Abonnement L'ACTU
Abonnement LE POINT