Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Une expo où on peut voler les œuvres d'art tient 10 minutes

Une exposition permettant de voler des œuvres exposées à Tokyo n'a tenu que 10 minutes, victime d'un succès inattendu, entre amateurs d'arts et revendeurs peu scrupuleux.

Dans la société japonaise, plutôt formatée, et aux règles strictes relativement bien respectées, le taux de criminalité est extrêmement bas. Alors quand on donne la chance aux Nippons de dévaliser une galerie d'art, en s'emparant d'une des œuvres exposées tel un cambrioleur, ceux-ci ne manquent pas le rendez-vous ! Ils ont été près de 200 à se rassembler devant l'exposition, avant même son ouverture, afin de profiter de cette aubaine, dans la nuit du 9 au 10 juillet 2020.

Les organisateurs ne s'attendaient pas à un tel afflux de visiteurs, mais l'information concernant cet événement particulier s'est diffusée sur les réseaux sociaux et il n'a fallu que 10 minutes pour que toutes les œuvres soient volées. Un succès retentissant, inattendu, qui a mis fin à une exposition censée durer... 10 jours ! La police est intervenue pour dissiper la foule et éviter les tensions, peu courantes au Japon, tout comme la transgression qui explique en grande partie la volonté des visiteurs de participer à ce qui a été présenté comme une exposition d'art escamotable.

S'il est certain que des amateurs d'art se sont glissés parmi les "malfaiteurs" en herbe, d'autres ne semblent être venus que pour s'emparer d'œuvres afin de les revendre au prix fort sur le net. Une attitude peu louable, mais que rien n'empêchait dans le cadre de cette exposition, et qui va de pair avec cet esprit de casser les règles établies.

De nombreux visiteurs sont repartis bredouilles, mais certainement avec ce sentiment plaisant d'avoir participé à quelque chose d'unique. Un jeune homme de 26 ans, bousculé par la foule, a toutefois réussi à saisir un billet de 10 000 yens (82 euros), qui faisait partie de la zone My Money de l'exposition, avec notamment des cartes de crédit et des portefeuilles qui se sont bien vite envolés. En revanche, un sac avec un portefeuille perdu et appartenant à un visiteur a été rapporté à l'accueil et rendu à son propriétaire. Visiblement, même dans la transgression, les Japonais n'oublient pas leur civisme !

Reste à savoir si cette "expérimentation", comme l'ont présentée les organisateurs, sera renouvelée. Si c'est le cas, on sait déjà qu'il faudra venir tôt pour s'emparer d'une part du butin.

Publié le 01 septembre 2020

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !