Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Un cobra perdu sème la terreur dans une ville allemande

Un amateur de reptiles a malencontreusement égaré l’un de ses compagnons : un cobra à monocle de 1m50 qui a terrorisé tout un quartier.

Terreur sur la ville. Ce n’est pas le titre du dernier film de John Carpenter mais l’ambiance qui a régné à Herne, dans la Ruhr, à l’ouest de l’Allemagne entre le 25 et le 30 août 2019.

Un imprudent amateur de reptiles a laissé s’échapper un des pensionnaires de ses terrariums. Et pas n’importe lequel : un cobra à monocle. Cet animal connu par les scientifiques sous le nom de Naja kaouthia, est originaire d’Asie du sud-est. Ces serpents peuvent mesurer jusqu’à 1,80 m mais le spécimen en question mesure environ 1,50 m.

Lorsqu’il se sent menacé, ce reptile a la capacité de pouvoir déployer sa coiffe et laisser apparaître un cercle, d’où le surnom de cobra à monocle, par analogie avec l’espèce voisine Naja naja, aussi connue sous le nom de serpent à lunettes pour la même raison. Ces animaux sont aussi connus pour être les favoris des charmeurs de serpents. Les reptiles de la famille des Elapidae sont parmi les plus venimeux du monde puisqu’une seule morsure peut tuer un homme.

Les autorités d’Herne ont donc fait évacuer les maisons voisines et ont recommandé aux autres riverains de fermer leurs maisons et d’être prudents. La technique utilisée pour tenter de retrouver le dangereux reptile : l’adhésif double face et la farine. Pour qu’il soit immobilisé au sol ou, à défaut, pour trouver des traces de son passage. Il a finalement été découvert et capturé sous une marche d’accès à une cave. Fort heureusement, il n’a mordu personne. Aucun humain en tout cas, car il n’est pas impossible qu’il se soit repus d’un oiseau ou d’une souris, ses plats habituels.

Le propriétaire de l’animal possède en tout une vingtaine de reptiles à la morsure mortelle. "Pour l’amour du risque" pourrait être un autre titre parfaitement adapté à cette histoire.

Publié le 07 octobre 2019

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Magazines de société

Abonnement LE MONDE DES ADOS
Abonnement MON QUOTIDIEN
Abonnement L'EXPRESS
Abonnement PARIS MATCH
Abonnement LE PETIT QUOTIDIEN
Abonnement L'ACTU