Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Plus de batterie, je meurs : l’étude sidérante

Une étude britannique a révélé un lien aussi insolite qu’effarant entre notre état d’esprit et le niveau de batterie de notre smartphone.

On savait le smartphone indispensable à notre époque hyper connectée, mais de là à imaginer qu’il impacte si fortement notre comportement relève de la science-fiction. Et pourtant, les résultats sont bien là : le niveau de batterie de notre téléphone influence fortement notre rapport au temps et à l’espace, et même notre humeur.

On compte désormais en temps de batterie

L’étude a été menée par un anthropologue (un scientifique étudiant l’humain) nommé Thomas Robinson. Pour la mener à bien, il a suivi 22 Londoniens dans leur quotidien afin d’évaluer la valeur et l’influence qu’ont leurs smartphones dans leurs vies. Les résultats ont alors montré que non seulement le niveau de batterie changeait leur manière d’appréhender le temps, mais il changeait également leur façon d’évaluer les distances.

Ainsi, selon le docteur Thomas Robinson, on ne raisonne plus en minutes ou en heures, mais plutôt en "temps de batterie". On se dit ainsi, "j’ai encore 30 minutes de charge" ou "il me reste à peine une heure de batterie". Avec cette perception, l’icône montrant la charge du téléphone devient un compte à rebours omniprésent et pèse sur notre esprit.

Même notre rapport à la distance change et au lieu de compter les arrêts de métro ou tout bêtement les kilomètres, on pense en pourcentage de batterie : "Je suis à 20 % de batterie du dentiste" ! Avec cette manière de penser, si l’on est quelque part et que notre batterie se vide, on va modifier nos plans pour se rendre dans un endroit où l’on pourra la recharger.

L’angoisse du téléphone éteint

Mais ce n’est pas tout. Le Dr Thomas Robinson a aussi remarqué que l’anxiété des sujets augmentait à mesure que le niveau de leur batterie déclinait. Avec une batterie pleine, tout va bien, ils étaient sereins. Mais dès que la batterie descendait en dessous des 50 %, leur inconfort et leur angoisse devenaient palpables. La conclusion du chercheur est alors lourde de sens : "Si votre téléphone s’éteint, vous êtes symboliquement mort, pour vous-même et pour les autres".

Quand on sait que nos téléphones nous servent à discuter, à jouer de la musique ou tout simplement à avoir accès à l’information (en gros, à exister ?), la conclusion n’est peut-être pas si folle que ça. La solution résiderait-elle dans une batterie externe ?

Publié le 02 octobre 2019

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Magazines de société

Abonnement POINT DE VUE
Abonnement PARIS MATCH
Abonnement LES DOSSIERS DE L'ACTUALITE
Abonnement LE POINT
Abonnement L'ACTU
Abonnement LES INROCKUPTIBLES