Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Les nouveaux élèves de cette classe sont des moutons

En Isère, une école menacée par la fermeture d'une classe a inscrit de nouveaux élèves un peu spéciaux, quinze petits moutons vite adoptés par les écoliers.

Dans la petite commune de Crêts en Belledonne (Isère), l’annonce de la fermeture de l’une des 11 classes d’école primaire à la rentrée prochaine n’est pas passée. Il faut dire que cette décision n’est justifiée que par une toute petite baisse d’effectif, avec un nombre d’élèves qui passerait de 266 à 261 en septembre 2019.

C’est toutefois suffisant pour les décisionnaires de l’Éducation nationale qui souhaitent fermer une classe dans un établissement. Mais pour les parents des élèves de ce petit village de 3379 âmes, c’est une nouvelle preuve du mépris du gouvernement envers l’éducation dans les campagnes. "L’éducation nationale, ce n’est malheureusement que des chiffres", affirme le Maire Jean-Louis Maret, qui a donc accédé à la requête de certains parents visant à inscrire 15 nouveaux élèves un peu particulier.

Panurge, Mouton noir et Toison d’Or font ainsi partie de la quinzaine de moutons choisis pour devenir les nouveaux élèves de l’école Jules Ferry. Grâce à ces nouvelles inscriptions, l’établissement repasse au-dessus du cap symbolique des 27 élèves par classe et la fermeture est donc évitée.

Dans la cour de récréation, une cinquantaine d'autres ovidés ont accompagné leurs camarades à l’école, sous l’œil amusé des écoliers, du berger complice de cette initiative et des parents qui préfèrent rester joyeux. L’une des mamans investies dans cette manifestation pacifique affirme avoir voulu miser sur l’humour avant tout, pour sensibiliser les gens à la cause.

Le choix du mouton n’est pas que symbolique, puisqu’il se prête à des slogans tels que "On n’est pas des moutons", "Vous ne nous tondrez pas" ou encore "L’école ne se gère pas comme un troupeau" qu’il était possible de lire sur les pancartes tenues par les jeunes manifestants, par ailleurs ravis de pouvoir accueillir ces nouveaux camarades de classe.

Les habitants rappellent que la commune a investi beaucoup d’argent dans l’école, qui a notamment été agrandie pour accueillir une 11e classe il y a quelques années. Cette fermeture semble illogique, et les parents tout comme les enseignants sont bien décidés à se faire entendre. Reste à voir de quelle façon l’académie réagira si les classes se peuplent vraiment de moutons à la rentrée !

Publié le 14 mai 2019

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Magazines de société

Abonnement LE NOUVEL OBSERVATEUR
Abonnement PARIS MATCH
Abonnement L'EXPRESS
Abonnement LE MONDE DES ADOS
Abonnement MON QUOTIDIEN
Abonnement LES INROCKUPTIBLES