Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Ce pianiste qui calme les éléphants en Thaïlande

Un musicien a décidé de dédier sa vie aux éléphants victimes de mauvais traitements en Thaïlande. Et sa façon à lui de prendre soin d'eux, c’est de leur jouer les plus belles œuvres de la musique classique. Une thérapie par les notes qui semble faire beaucoup de bien aux pachydermes.

Si la Thaïlande est connue pour ses plages et ses temples, c’est aussi une terre sur laquelle les éléphants souffrent. Victimes de nombreux abus liés à l’industrie touristique, ils sont nombreux à garder des séquelles, physiques ou psychologiques. Le pianiste Paul Barton a donc décidé de mettre son talent au service de ces gros animaux, pour apaiser un peu leur souffrance.

Une vie d’artiste, entre musique et activisme

Ce musicien de 57 ans, autodidacte dès le plus jeune âge (il a intégré à 16 ans l’Académie Royale des Arts de Londres), s’est retrouvé à enseigner la musique en Thaïlande en 1996. Alors qu’il pensait profiter simplement de ces quelques mois dans ce pays qui le rendait curieux, il a trouvé un objectif de vie honorable. C’est l’amour pour une femme, activiste de la cause animalière, qui l’a guidé sur ce chemin.

Paul Barton a découvert un combat - celui de la protection des éléphants - dans un pays ou les pachydermes sont victimes de nombreuses maltraitances. En effet, après la déforestation massive qu’a connue la Thaïlande à la fin des années 1980, un grand nombre d’éléphants a perdu son habitat naturel. Ils ont été récupérés et utilisés à des fins touristiques, par des exploitants sans scrupule.

Les abus sur ces animaux font que nombre d’entre eux portent les stigmates de ces traitements : aveugles, borgnes, handicapés, psychologiquement abîmés, on les a regroupé dans des parcs naturels pour qu’ils finissent leur vie le plus paisiblement possible. C’est ici que le Britannique vient pratiquer son art.

Des pachydermes mélomanes aux goûts bien affirmés

A l’orée de ses 50 ans, le pianiste a décidé qu’il consacrerait sa vie à ces animaux qui le méritent. On sait que la musique adoucit les mœurs, et qui de mieux placé qu’un pianiste pour le prouver. C’est ainsi que Paul Barton, muni de son piano, s’installe dans la jungle et se met à jouer les airs des plus grands compositeurs : Chopin, Beethoven, Debussy, son récital est varié et ses auditeurs, souvent des éléphants âgés, semblent apprécier le spectacle.

La première fois qu’il a joué pour un éléphant, il s’agissait de Plara, un mâle aveugle qui mâchonnait des herbes dans les parages. "Dès les premières notes, il a cessé de manger pour se rapprocher du piano", raconte Paul Barton. Face à cette réaction, le pianiste a décidé de s’engager durablement au sein de ce sanctuaire d’éléphants. Il s’est donc mis à jouer pour Plara et pour d’autres pachydermes de la zone, tous victimes de mauvais traitements. Chacun à leur manière, les animaux réagissent à la musique et leur comportement semble indiquer qu’ils l’apprécient.

De surprenantes réactions de la part des éléphants

Paul Barton s’amuse de la réaction de certains éléphants, pensionnaires du sanctuaire, qui paraissent danser quand il joue. On peut voir sur certaines vidéos Lam Duan, un éléphant aveugle, se dandiner d’avant en arrière au doux son du piano.

Le sanctuaire compte désormais 28 éléphants et tous semblent très réceptifs à la musique jouée par le musicien anglais. On peut en voir certains s’approcher de très près de l’instrument alors que Paul Barton joue, d’autres écouter attentivement en plaçant leur trompe dans leur bouche.

Une attitude touchante, qui conforte le musicien dans son entreprise : apaiser ces animaux qui ont souffert, grâce aux vertus de la musique classique.

Publié le 27 novembre 2018

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Magazines de société

Abonnement LE PETIT QUOTIDIEN
Abonnement LES DOSSIERS DE L'ACTUALITE
Abonnement L'EXPRESS
Abonnement PARIS MATCH
Abonnement LE MONDE DES ADOS
Abonnement L'ACTU