Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

A Singapour, des robots-chiens surveillent les humains

Pour s'assurer que la distanciation sociale et que les règles sanitaires imposées par le Covid-19 sont bien respectées, le gouvernement de Singapour a lâché dans un parc… des chiens robots !

La scène semble tirée d'un film d'anticipation mais elle est bien réelle et elle se passe en mai 2020, dans le parc de Bishan-Ang Mo Kio, à Singapour : un robot quadrupède patrouille dans cet espace vert - qui compte parmi les plus grands parcs de la ville - et il diffuse des messages vocaux, d'une voix féminine pré-enregistrée, incitant les promeneurs à respecter les règles en vigueur.

Il suffit de voir la réaction des passants, qui s'en écartent bien vite, pour comprendre que ce chien-robot n'inspire pas vraiment la sympathie. C'est certainement dû à l'association mentale qui nous fait lier ces machines, utilisées dans les films de science-fiction, à des outils de répressions violentes. A moins que ce ne soit simplement une réaction de surprise à voir cet animal androïde se balader librement dans la rue.

En réalité, il n'est pas totalement seul, puisqu'un agent de contrôle se tient toujours à proximité, pour vérifier qu'il fonctionne correctement et qu'il n'ait pas besoin d'une intervention technique. Car Spot - c'est son prénom - est un appareil développé par Boston Dynamics, un spécialiste de la robotique militaire, en phase de test dans le civil durant une période de 2 semaines. Il peut se déplacer à 3 kilomètres de l'homme qui le contrôle, marcher sur l'herbe ou sur certains terrains cabossés, et détecter les personnes et les objets grâce à sa caméra frontale, pour les éviter.

C'est également par le biais de cette caméra qu'il filme et compte les passants, pour s'assurer que le nombre de personnes dans le parc soit en phase avec les règles établies. Le gouvernement de Singapour assure que "ces caméras ne pourront pas suivre et/ou identifier des individus, et aucune donnée personnelle ne sera collectée", ce qui rassurera les plus méfiants.

Si les tests sont concluants, ce chien-robot pourrait devenir un objet de notre quotidien, avec un usage comme transporteur dans les hôpitaux pour éviter les contagions via le matériel, ou comme assistant de police, comme ce fut le cas récemment aux États-Unis.

Après les chats clonés en Chine, c'est l'apparition de ces robots à quatre pattes qui suscitera la curiosité, la crainte ou l'impatience selon votre avis sur la question.

Publié le 28 mai 2020

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !